Fin de vie à l'hôpital

Vous avez une personne de votre entourage en fin de vie à l'hôpital. Des informations pratiques et des liens utiles concernant la fin de vie à l'hôpital, les soins paliatifs : accompagnement des malades, prise en charge hospitalière et droit des malades en fin de vie.

Vignette: 

Fin de vie à l'hôpital

Catégorie E-santé: 

Catégorie(s) secondaire(s) E-santé: 

Le congé de solidarité familiale

Le congé de solidarité familiale

Procédure à suivre

Le salarié doit informer son employeur de son intention d’utiliser ce congé au moins 15 jours à l’avance, par lettre recommandée avec accusé de réception. La demande doit être accompagnée d’un certificat médical rédigé par le médecin traitant du malade et attestant que ce dernier souffre d’une pathologie risquant d’entraîner sa disparition.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Le congé de solidarité familiale
Source :

Les proches et la fin de vie

Les proches et la fin de vie

Ainsi, l'accueil des familles au sein des unités de soins palliatifs est une priorité. Le plus souvent : des espaces de rencontre sont mis à disposition au sein des unités ; des proches peuvent séjourner auprès de la personne en fin de vie ; les visites sont autorisées 24 heures sur 24 ; parfois, les familles peuvent faire de la cuisine sur place... Chaque membre de l'entourage proche a la possibilité d'être suivi par:

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Les proches et la fin de vie
Source :

Les soins palliatifs à l'hôpital

Les soins palliatifs à l'hôpital

Les soins palliatifs : définition

D’après la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs, "les soins palliatifs sont des soins actifs délivrés dans une approche globale de la personne atteinte d'une maladie grave, évolutive ou terminale. L'objectif des soins palliatifs est de soulager les douleurs physiques et les autres symptômes, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Les soins palliatifs à l'hôpital
Source :

Les droits des patients en fin de vie : soins palliatifs et prise en charge de la douleur

Les droits des patients en fin de vie : soins palliatifs et prise en charge de la douleur

Le droit à la prise en charge de la douleur

Si le médecin constate qu'il ne peut soulager la souffrance d'une personne, en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, quelle qu'en soit la cause, qu'en lui appliquant un traitement qui peut avoir pour effet secondaire d'abréger sa vie, il doit en informer le malade, sans préjudice des dispositions du quatrième alinéa de l'article L. 1111-2, la personne de confiance visée à l'article L. 1111-6, la famille ou, à défaut, un des proches.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Les droits des patients en fin de vie : soins palliatifs et prise en charge de la douleur
Source :

Les droits des patients en fin de vie : le refus de l'acharnement thérapeutique

Les droits des patients en fin de vie : le refus de l'acharnement thérapeutique

Le droit au refus de soins

La loi du 9 juin 1999 avait déjà prévu que "la personne malade peut s'opposer à toute investigation ou thérapeutique". Ce droit a encore été renforcé par la loi du 22 avril 2005. Celle-ci prévoit notamment que "lorsqu'une personne, en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, quelle qu'en soit la cause, décide de limiter ou d'arrêter tout traitement, le médecin respecte sa volonté après l'avoir informée des conséquences de son choix.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Les droits des patients en fin de vie : le refus de l'acharnement thérapeutique
Source :