Alzheimer : les proches ont besoin d'aide
Prendre soin d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer est une tâche exigeante, qui incombe à un grand nombre de proches. On les nomme « les aidants », et ils sont très nombreux. Mais il ne faut pas oublier qu’eux aussi, ont besoin d’aide…
Alzheimer : les proches ont besoin d'aide

Articles

Un bébé conçu in vitro et testé génétiquement, c'est la prouesse qu'ont réussi des médecins californiens. La mère, porteuse d'un gène responsable d'une maladie précoce d'Alzheimer, a tenu à vérifier que son enfant n'était pas lui-même porteur de ce gène et qu'il ne développerait donc pas la maladie.

Vivre vieux ? Oui, mais en gardant toute sa tête !

Avec le vieillissement de la population, de plus en plus de personnes sont atteintes de démence. Elles perdent alors leur capacité d'apprendre, de reconnaître ou de mémoriser. La médecine reste aujourd'hui encore impuissante à traiter ces maladies, mais on commence à connaître les facteurs susceptibles de les prévenir.

La vitamine B9 protège du cancer du côlon

La vitamine B9 ou acide folique a de multiples bienfaits sur la santé. L'un d'entre eux, découvert récemment, vient de faire l'objet d'une publication dans une revue internationale de cancérologie. Il s'agit d'un effet protecteur contre le cancer du colon chez la femme. Le risque d'apparition de ces cancers serait divisé par deux chez les femmes consommant des quantités élevées d'acide folique.

Anti-inflammatoires anti-Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est aujourd'hui reconnue comme la principale forme de démence chez l'adulte et sa fréquence augmente avec l'âge. L'explosion démographique de la population vieillissante en fait une priorité de recherche et de soins dans toutes les sociétés industrialisées. Si les données actuelles de la littérature concernant l'intérêt des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) restent contradictoires, une étude récente leur concède une action protectrice contre cette maladie.

La santé des Français est bonne bien que des inégalités persistent. Ce sont les conclusions du rapport du Haut Comité à la Santé Publique (HCSP) parues au début du mois de février 2002. Ce rapport établit un état des lieux de la santé des Français par tranche d'âge et doit servir à déterminer les orientations futures en matière de santé.

La révision de la loi sur la bioéthique a été adoptée mardi 22 janvier à l'Assemblée Nationale. Elle interdit toute forme de clonage humain, qu'il soit reproductif ou à visée thérapeutique, et autorise la recherche sur les embryons surnuméraires : de nombreuses questions de fond qui n'auront pas été tranchées sans mal.

Réparer un coeur après l'infarctus : le miracle des cellules souches

L'injection de cellules souches adultes dans le coeur d'un patient souffrant d'insuffisance cardiaque pourra peut-être lui permettre de recouvrer un coeur de jeune homme. La thérapie cellulaire ouvre la porte à la médecine du 21e siècle.

Maladie d'Alzheimer : attention à la perte de poids !

L'état nutritionnel est un élément important dans le devenir d'un patient touché par la maladie d'Alzheimer. Plus insidieuse, moins “ bruyante ” que le déclin des fonctions cérébrales, la malnutrition est toujours à craindre et à combattre. En négliger les effets, c'est risquer d'accélérer le placement en institution, et parfois même de diminuer l'espérance de vie.

La Sclérose Latérale Amyotrophique : décidons de l'avenir des 8.000 malades

La Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), ou maladie de Charcot, est une pathologie dégénérative du système nerveux qui affecte 8.000 malades en France et dont l'issue est le plus souvent rapide et fatale : un malade diagnostiqué toutes les 7 heures et un malade décédé toutes les 12 heures. Les 2ème Etats Généraux de la SLA qui se tiendront le 30 octobre 2001 à l'Assemblée Nationale seront l'occasion de donner la parole aux patients afin qu'ils dénoncent les carences et le dysfonctionnement du système de soins.

Seuls 10% des malades d'Alzheimer sont traités !

Sur les 400.000 Français touchés par la maladie d'Alzheimer, seuls 10% bénéficient de soins adaptés. Pourquoi ? Une des principales raisons est que le diagnostic est porté trop tardivement. Ensuite, l'entourage assume seul, y compris financièrement, la plus grande partie de la prise en charge.

Un verre d'alcool = +10% de risque de cancer du sein !

Les résultats de l'expertise collective de l'INSERM sur les effets de l'alcool sont consternants ! En particulier, deux « pseudo-nouveautés » y sont annoncées : deux verres d'alcool chez la femme enceinte diminuent de 7 points le QI de l'enfant ; au-dessus d'un verre par jour, le risque de cancer du sein augmente de 10% !

La 8ème Journée Mondiale Alzheimer : zoom sur les aidants

Tandis que le nombre de patients atteints par la maladie d'Alzheimer s'accroît considérablement (497.000 cas en 2010), il devient urgent d'adapter et d'assurer au mieux la prise en charge médico-sociale de cette affection. Ce cri d'alarme lancé par l'Union nationale Alzheimer à l'occasion de la 8ème Journée Mondiale Alzheimer (le 21 septembre 2001) vise à faire reconnaître « le fardeau épuisant, culpabilisant et lourd de conséquences financières » que subissent les familles et les proches. A leur attention a été publié « Le guide de l'aidant », lequel sera diffusé par les 108 associations locales à l'occasion des conférences-débats et réunions d'information organisées lors de cette journée.

L'arthrose est la plus fréquente des maladies articulaires.

Elle touche près de 9 millions de Français, dont plus de la moitié ont plus de 50 ans.

Ainsi, après l'âge de 75 ans, il devient même exceptionnel de ne pas en souffrir d'arthrose. Nos connaissances sur l'arthrose se sont considérablement améliorées au cours des dernières années, rendant les stratégies thérapeutiques mieux adaptées. Ainsi, on ne peut plus dire aujourd'hui que les médicaments constituent la réponse unique à cette maladie liée à l'âge.

Les vitamines sont des micro-nutriments indispensables au bon fonctionnement de l'organisme, que l'homme est pour la plupart incapable de fabriquer. En général, par le biais d'une alimentation équilibrée et diversifiée, chacun d'entre nous s'applique à en absorber sa ration quotidienne. Mais parfois, avec l'âge, l'attention semble se relâcher... Il n'y a pourtant aucune raison de croire que les seniors supportent mieux les carences que les plus jeunes, bien au contraire... Bien vieillir, c'est ne pas manquer de ces indispensables micro-nutriments, alors... choisissez vos armes ! Souvent, connaître leur rôle et savoir où trouver chaque groupe de vitamines peut aider à ne pas en manquer.

Stress et vieillissement

Nous sommes tous soumis au stress. Selon la façon dont on le supporte il peut devenir ami ou ennemi, mais le stress est avant tout un phénomène naturel. Biologiquement, il s'agit d'un processus physiologique qui permet de stabiliser les fonctions vitales de l'organisme, selon un système de réponse et d'adaptation parfaitement codifié. Avec l'âge pourtant, le mode de réponse peut être moins performant, rendant les effets d'un stress prolongé particulièrement délétères.

Seniors : buvez, c'est l'été !

La déshydratation du sujet âgé est fréquente et responsable d'un taux non négligeable de mortalité chez les plus fragiles.

Ce constat est démesuré quand on sait que quelques précautions suffisent le plus souvent à éviter cet accident.

La règle d'or contre la déshydratation est d'apprendre à boire sans soif …de l'eau bien sûr !

Maladie d'Alzheimer : la mémoire qui flanche

Monsieur Jean a 72 ans. Tout à l'heure vous étiez en pleine discussion avec lui sur l'évolution des partis politiques en France ces 20 dernières années. Il rentre dans un appartement mais il ne reconnaît pas cet appartement. Où se trouvent la cuisine, les toilettes ? Monsieur Jean est bien chez lui, mais il a la maladie d'Alzheimer.

Vitamine B12 ou B9 : en manquer, c'est augmenter le risque de développer une maladie d'Alzheimer

Selon les conclusions d'une récente étude suédoise, un déficit en vitamine B12 ou en folate (Vitamine B9) chez les personnes âgées accroît le risque d'être atteint de la maladie d'Alzheimer. Le débat sur l'intérêt d'un dosage systématique de ces deux éléments chez les seniors, même en l'absence de trouble des fonctions intellectuelles, est ouvert.

Rarement depuis le virus du sida, micro-organisme n'avait suscité une telle peur. Le prion, qui n'est ni une bactérie ni un virus, est responsable d'une maladie neurologique mortelle appelée encéphalite spongiforme ou chez l'homme, maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ). Cette maladie était connue depuis longtemps mais jusqu'alors elle était rare. La multiplication des cas chez l'homme a suivi de peu les cas animaux, notamment chez la vache avec l'Encéphalite Spongiforme Bovine (ESB) ou maladie de la « vache folle ». Ainsi, le puzzle alimentaire a été peu à peu reconstitué.

Comment prendre en charge un proche atteint de syndrome démentiel

L'objectif thérapeutique pour les personnes atteintes de démence est double : atténuer les manifestations les plus difficiles à vivre afin d'améliorer leur bien être et leur qualité de vie, et tenter de ralentir le plus possible une évolution inéluctable. Certains médicaments constituent un soutien non négligeable, mais le rôle de l'entourage familial et/ou professionnel est fondamental.

Le 3ème Roll'heures pour la création de centres Alzheimer

Dimanche 13 mai 2001, près de 40.000 participants sont attendus pour la 3ème édition des Roll'heures Paris-Versailles, la plus grande randonnée Roller de France. Organisé par le Lions Clubs de Versailles avec les associations Paris Roller et Rollers & Coquillages, cet événement a pour objectif de récolter des fonds afin de créer des Centres d'Accueil de jour pour les malades d'Alzheimer.

L'échange de cerveau : science-fiction ou réalité ?

Jusqu'à aujourd'hui, les transplantations de coeur, de rein ou de foie sont choses courantes, alors que les échanges de cerveau restent du domaine de la science-fiction. Mais, pour combien de temps encore ? En effet, une étude américaine vient peut être d'ouvrir une nouvelle voie : la greffe de cellules nerveuses prélevées sur le cerveau d'une personne décédée. D'un point de vue éthique, cette technique innovante permettrait de contourner le recours aux tissus foetaux et au clonage thérapeutique. Cependant, elle soulève bien d'autres questions comme celles de la greffe de cerveau, de la pensée et de l'acquis.

Ménopause, traitement hormonal substitutif et démence : un lien à établir

La femme a plus de risque que l'homme de développer une démence. Une des explications proposées à cette réalité statistique est le rôle joué par les hormones féminines, en particulier les oestrogènes. Plusieurs études ont suggéré que le traitement hormonal substitutif (TSH) institué lors de la ménopause pouvait réduire ce risque. Pourtant, malgré l'intérêt que cette question suscite chez les cliniciens, on reste encore aujourd'hui bien loin des certitudes.

Un mauvais fonctionnement thyroïdien triple le risque de démence

La démence peut avoir des causes multiples et variées, mais elle est d'autant plus fréquente que l'âge augmente. Elle peut toucher jusqu'à 30 % des personnes de plus de 85 ans. On a récemment estimé que la présence d'une hyperthyroïdie « infraclinique » triple le risque de développer cette pathologie et en particulier la maladie d'Alzheimer.

Une personne sur dix est concernée par la 2ème Journée Nationale pour la Recherche sur le Cerveau

Pour la deuxième année consécutive, la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC) lance une campagne nationale d'information et de collecte de fonds pour soutenir la recherche sur le cerveau. Cette manifestation sera parrainée par le comédien Jean Réno et Jean Todt, Directeur Général de la Scuderia Ferrari. Il s'agit d'une semaine d'information au cours de laquelle 2.000 chercheurs iront à la rencontre du grand public dans toute la France du 17 au 24 mars 2001, à travers des conférences et des forums de discussions.

La ménopause, un nouveau départ dans la vie d'une femme

La ménopause, définie par l'arrêt des fonctions ovariennes entraînant un état de carence hormonale, marque un tournant essentiel de la vie d'une femme. Elle peut donner lieu à des manifestations parfois gênantes (bouffées de chaleur, fatigue, trouble de l'humeur, etc.), mais très variables en intensité et en fréquence d'une femme à l'autre. Celles-ci ainsi que les complications à plus long terme, telle l'ostéoporose, sont soulagées et prévenues par le traitement hormonal substitutif, associant un oestrogène et un progestatif. Les nombreuses spécialités disponibles permettent de proposer à chaque femme un traitement personnalisé, correspondant à ses désirs et à son intérêt.

Illuminer les maisons de retraite améliore la santé !

Déjà proposée dans le cadre de la thérapie de la dépression saisonnière, puis comme anti-stress dans le milieu professionnel, le traitement par la lumière, ou photothérapie, trouve une troisième indication : la démence.

La carte détaillée du génome humain vient d'être livrée, marquant un moment très important dans l'histoire de la connaissance de l'être humain. Les résultats de deux grandes équipes de chercheurs viennent d'être publiés dans deux revues internationales. La confrontation de ces travaux met à mal nombre de croyances, pourtant récentes. Par ailleurs, la perspective d'une médecine « à la carte » pourrait être beaucoup plus complexe que prévue. Toutefois, l'optimisme règne et génère nombre d'espoirs en matière de thérapeutique et de prévention.

Les troubles de la mémoire annoncent la démence

Il est habituel de rencontrer avec l'âge des troubles de la mémoire. S'en plaindre trop l'est moins et peut annoncer la mise en place d'une démence dans les deux ans.

Un vaccin pour ralentir l'évolution d'Alzheimer

Deux équipes de chercheurs ont montré simultanément qu'il était possible, chez des souris, de ralentir l'évolution de la maladie d'Alzheimer à l'aide d'une vaccination ! Reste à comprendre le mécanisme exact et à savoir s'il en de même chez l'homme, mais ces résultats sont particulièrement encourageants face cette maladie du vieillissement.

Pages

PUB