Zoom sur l'ovulation !

Zoom sur l'ovulation !
Pas de bébé sans ovulation !
Comment se produit l’ovulation et à quel moment exactement du cycle ?
Comment prédire la date de l’ovulation ?
Ce sont des questions que se posent les femmes qui souhaitent mettre en route un bébé.Le point sur l’ovulation pour tout savoir !
Zoom sur l'ovulation !

Le choix de la rédaction

Dossier Santé : Ovulation : sachez déterminer le jour J de votre cycle

Ovulation : sachez déterminer le jour J de votre cycle

Pour mettre en route un bébé, pas de mystère, un ovule doit rencontrer un spermatozoïde, c'est la fécondation. Encore faut-il que cette rencontre ait lieu à un moment bien particulier du cycle menstruel : au moment de l'ovulation, vers le 14e jour du cycle. Si bébé ne vient pas, comment repérer ce moment précis, qui peut aussi varier d'une femme à une autre ?

Lire l'article
Dossier Santé : Ovulation : comment fonctionne le cycle féminin ?

Ovulation : comment fonctionne le cycle féminin ?

Le cycle féminin comprend trois périodes : la phase folliculaire (préparation d'un ovule), l'ovulation et la phase lutéale (épaississement de la muqueuse utérine en vue de recevoir l'oeuf). Chaque cycle débute par les règles, signifiant que tout est à recommencer, la rencontre entre l'ovule et un spermatozoïde n'ayant pas eu lieu.

Lire l'article

Tout savoir sur l'ovulation !

Avec une puberté autour de 13 ans et une ménopause aux alentours de 51 ans, les femmes connaissent dans leur vie quelque 500 cycles de 28 jours et un peu moins d'ovulations.

Lire l'article
Dossier Santé : Je veux tomber enceinte, quels sont les signes de l’ovulation ?

Je veux tomber enceinte, quels sont les signes de l’ovulation ?

Le moment de l’ovulation, tant attendu par les femmes qui souhaitent tomber enceinte, peut se manifester par différents types de signaux : une élévation de la température corporelle, une modification de la glaire et des signes physiques. Mais la reconnaissance de ces signes de l’ovulation nécessite une certaine habitude et d’être très attentive.

Lire l'article

Articles

Depuis quelques années, l'endométriose sort de l'ombre. Mais cette maladie gynécologique reste encore mal connue, notamment ses symptômes. S'ils varient fortement selon chaque patiente, certains se font fréquemment ressentir. Faisons le point.

Les mycoses génitales regroupent les mycoses vaginales et les mycoses vulvaires qui sont très généralement associées. Elles se caractérisent par des démangeaisons et des brûlures de la zone intime. Bénignes, elles doivent cependant être traitées rapidement pour préserver sa santé sexuelle.

Les kystes ovariens sont très fréquents. Ils peuvent se manifester par divers symptômes, dont la douleur en bas du ventre, qui peut être spontanée ou apparaitre lors des rapports et altérer la santé sexuelle. 

La méthode Ogino est une ancienne méthode de contraception naturelle utilisée à une époque où la contraception médicale n’existait pas encore. Toutefois, cette méthode, visant à repérer la date d’ovulation et à éviter les rapports sexuels autour de cette date, est limitée. On fait le point sur cette contraception sans hormones.

Pour bien choisir sa contraception, il est essentiel de consulter un gynécologue, mais il peut aussi être utile de s’interroger sur ses propres envies en la matière. L’implant contraceptif par exemple offre une efficacité identique à celle de la pilule, mais son usage est plus simple. Contraception par implant, DIU, diaphragme, on fait le point sur les moyens de contraception les plus utilisés.

L’implant contraceptif est un des moyens de contraception hormonale disponibles aujourd’hui en France. Découvrez son fonctionnement mais aussi les éventuels risques qu’il peut présenter.

Lors du désir d'enfant, certains couples se laissent tenter par des techniques plus ou moins discutables pour choisir le sexe de leur bébé. Existe-t-il une position particulière pour avoir un garçon ? Quelles sont ces méthodes ? 

L'endométriose se caractérise par la formation de cellules endométriales en dehors de l'utérus (ovaires, trompes, péritoine, vessie...). Les désirs de grossesse sont parfois plus longs à aboutir en cas d'endométriose, mais la fertilité reste, dans de nombreux cas, possible. Comment mener à bout son désir d'enfant ?

La pilule progestative est un moyen de contraception féminin. La contraception progestative diffère des pilules dites "combinées". Mais comment fonctionne-t-elle ? La pilule progestative comporte-t-elle des effets secondaires ?

La GPA est une des techniques qui permettent aux couples en désir d’enfant de pallier leur infertilité. Une mère porteuse accueille l’embryon d’un couple, issu d’un ovule fécondé en laboratoire.

L’implant contraceptif est un moyen de contraception hormonale qui assure un taux d’efficacité proche des 99 %. Comment fonctionne-t-il et quels sont ses effets sur les règles ? Enfin, quels sont le prix et les modalités de prise en charge de cet implant ?

Suite à un rapport sexuel non protégé ou à l’oubli ou la défaillance du moyen contraceptif utilisé, la femme peut se retrouver enceinte. Pour éviter une grossesse non désirée, elle dispose de la pilule du lendemain ou de l’IVG par médicament. Quelle est la différence entre les deux ?

Parmi les modes de contraception utilisés en France, le stérilet ou DIU (Dispositif Intra-Utérin) arrive en seconde position derrière la pilule. Il en existe deux types : le DIU au cuivre et le DIU hormonal. Quelles sont les différences entre les deux ?

Anomalie rare, la grossesse môlaire, ou môle hydatiforme, peut être partielle ou complète. Les femmes très jeunes et celles de plus de 45 ans sont plus exposées au risque de grossesse môlaire et donc d’interruption médicale de grossesse.

Lorsqu'une grossesse se fait attendre, il faut rechercher une endométriose, qui est l'une des premières causes d'infertilité chez la femme. Cependant, il existe plusieurs techniques permettant à une femme atteinte d'endométriose de tomber enceinte.

Ingérer des médicaments pour améliorer ses capacités sportives, c'est tentant. Mais en plus d'être illégal, cela peut mettre votre santé en péril. On vous explique pourquoi.

Pour éviter une grossesse non désirée, vous avez peut-être opté pour une contraception naturelle. Or malgré ces précautions, vos règles ont du retard. Est-ce l’annonce d’une grossesse ? Que faire en cas de retard des règles ?

Vous ressentez des démangeaisons vaginales ? Alors vous souffrez peut-être de sécheresse vulvaire, une affection qui toucherait près de 20 % des femmes. De quoi s’agit-il ? Comment faire cesser ces démangeaisons et retrouver une qualité de vie et des rapports sexuels satisfaisants ?

Si les mycoses vulvaires sont une pathologie fréquente et sans gravité chez la femme, elles n’en sont pas moins désagréables, voire douloureuses. À quoi sont dues ces démangeaisons intimes ? Que faire en cas de mycose de la vulve ?

L'âge moyen de la première grossesse recule en France, et les grossesses tardives se font plus fréquentes. Une nouvelle norme qui n'est pas sans risque, pour la mère comme pour l'enfant.

Pilule, stérilet, implants… Dans l'immense majorité des cas, la contraception est gérée par les femmes. Mais de nombreuses solutions existent pour les hommes qui souhaitent s'impliquer. E-Santé fait le point sur les méthodes disponibles et sur celles à venir.

Le cancer de l’ovaire entraîne peu de symptômes. N’ayant pas de test de dépistage, il a longtemps été surnommé le "tueur silencieux", car diagnostiqué tardivement à un stade déjà avancé. Découverte avec le Pr Olivier Graesslin, gynécologue au CHU de Reims, professeur des universités et secrétaire général du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français.

Leur ressemblance fascine autant qu'elle étonne. On a beau côtoyer de nombreux jumeaux, ces frères et sœurs nés au même moment abritent encore de nombreux secrets. E-Santé en perce quelques-uns pour vous.

Souvent associée à l'adolescence, l'acné n'épargne pourtant pas les adultes. Si le mode de vie est bien souvent accusé, ses causes sont bien plus nombreuses. E-Santé tire les choses au clair avec le Dr Jean-Luc Rigon, dermatologue à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Démangeaisons intenses parfois intolérables, brûlures... Les mycoses vaginales sont très désagréables. Plus encore quand elles ne passent pas. A partir de quatre par an, on parle de mycoses récidivantes. Tour des solutions pour en finir avec ce déséquilibre intime avec Aurélie Dornier, sage-femme et cadre de service de gynécologie en maternité. 

Pas toujours douloureux, mais souvent présent, le kyste aux ovaires peut inquiéter. Le point avec les Drs Patrice Lopes, gynécologue-obstétricien à la polyclinique de l'Atlantique de Saint-Herblain (Loire-Atlantique), et Sylvain Mimoun, gynécologue à Paris.

Le frottis est recommandé tous les trois ans, après deux frottis normaux espacés d’un an chez les femmes de 25 à 64 ans. Le Dr Morgane Perrin, chef de Clinique-Assistant du service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Lariboisière, détaille les résultats possibles de cet examen.

La ménopause, qui intervient aux alentours de 50 ans, peut être un cap difficile à passer pour les femmes. Elle correspond à la fin de la période reproductive et s’accompagne bien souvent de petits désagréments comme les bouffées de chaleur, une prise de poids ou des troubles de l’humeur. Heureusement, il existe des traitements homéopathiques si vous êtes concernée par ces symptômes, en complément ou non d’un traitement hormonal de substitution.

Symptômes d'endométriose profonde

L’endométriose se caractérise par le développement anormal de muqueuse d’endomètre en dehors de l’utérus. Au gré des variations hormonales, cette muqueuse s’épaissit puis saigne, pouvant selon sa localisation provoquer des douleurs et des lésions susceptibles notamment de mettre la fertilité des femmes en péril. Lorsque cette muqueuse se situe très en profondeur, infiltrant les muqueuses digestive ou urologique, on parle d’endométriose profonde, l'une des formes les plus graves.

L’âge, la grossesse, l’obésité, certains sports et métiers favorisent l’incontinence urinaire chez la femme. La génétique aussi, qui compte pour près de 40% dans ce risque. Quelques gènes ont été identifiés mais le dépistage génétique des femmes à risque de troubles de la statique pelvienne -incontinence urinaire et prolapsus uro-génital- n’est pas à l’ordre du jour. En attendant, comment limiter le risque de fuites urinaires ?

Pages

PUB