Trop de cholestérol : attention aux risques !

Trop de cholestérol : attention aux risques !
L’excès de cholestérol est un facteur de risque cardiovasculaire majeur.Parce que les complications liées à trop de cholestérol sont (au début) silencieuses et qu’elles peuvent être graves, il faut faire doser régulièrement ses lipides sanguins.
Les recommandations varient selon l’âge et les facteurs de risque, mais attention, contrairement à une idée reçue, les femmes ne sont pas épargnées ! 
Trop de cholestérol : attention aux risques !

Le choix de la rédaction

Dossier Santé : Trop de cholestérol : attention au coeur !

Trop de cholestérol : attention au coeur !

Trop de cholestérol sanguin expose aux accidents cardio-vasculaires. Il faut s'en préoccuper car des solutions existent.

Lire l'article

Cholestérol et infarctus : les femmes aussi !

Dans une cinquantaine de pays, plus de 15.000 patients ayant fait un infarctus ont été suivis dans une grande étude. Il en ressort que le cholestérol est de très loin le facteur de risque N°1 et que les femmes sont également concernées.

Lire l'article
Dossier Santé : Le cholestérol, un précurseur de la polyarthrite rhumatoïde ?

Le cholestérol, un précurseur de la polyarthrite rhumatoïde ?

Rhumatisme inflammatoire chronique, la polyarthrite rhumatoïde (PR) est souvent associée à une perturbation du cholestérol sanguin. Mais le cholestérol peut-il être un précurseur ?

Lire l'article
Dossier Santé : A la ménopause, surveillez davantage votre cholestérol

A la ménopause, surveillez davantage votre cholestérol

L'avantage cardiovasculaire des femmes tend à disparaître avec la ménopause. C'est que les hormones féminines exercaient un effet protecteur sur le cŒur et les vaisseaux. Alors Mesdames, surveillez votre taux de cholestérol et vos autres facteurs de risque cardiovasculaire dès la ménopause venue.

Lire l'article
Dossier Santé : La vie sexuelle des femmes dépend-elle de leur taux de cholestérol ?

La vie sexuelle des femmes dépend-elle de leur taux de cholestérol ?

Mesdames, votre vie sexuelle est en berne ? Et si c'était à cause de votre taux de cholestérol ? C'est ce que suggère cette étude récente.

Lire l'article

Articles

Anti cholestérol, élixir de jeunesse... Les noix présentent des bienfaits nutritionnels indéniables et ont donc plus d’un tour dans leur coque ! Zoom avec la diététicienne et nutritionniste Catherine Conan sur les 5 bonnes raisons de ne plus s'en priver.

De bonnes nuits, voilà l’un des rouages essentiels pour être en bonne santé. Voici 5 bonnes raisons de profiter de l’été pour retrouver un sommeil de qualité. 

huile coco propriété

Nouvelle mode pour certains, l’huile de noix de coco est employée depuis très longtemps dans les régions exotiques pour ses propriétés culinaires, mais aussi pour des vertus santé.

acides gras insaturés

Longtemps accusé d’être responsable de nos kilos en trop et de nos poignées d’amour, le gras est aujourd’hui réhabilité. On en profite pour découvrir tous ses bienfaits.

reins

En France, 3 millions de personnes sont atteintes d’une maladie rénale. Plus de 10.800 Français apprennent chaque année qu’ils souffrent d’une insuffisance rénale terminale nécessitant un traitement par dialyse ou greffe. Outre le dépistage régulier reposant sur une simple prise de sang pour vérifier le bon fonctionnement rénal, il existe quelques règles d’hygiène de vie très simples permettant de maintenir ses reins en bonne santé. 

Antioxydants dans les pommes

« Une pomme par jour éloigne le médecin ». Ce vieux diction a été vérifié par un grand nombre d’études scientifiques. Elles ont démontré les nombreux effets bénéfiques des pommes qui agissent comme un médicament. Mais elles sont aussi pleines de ces poisons que sont les pesticides. Quelles pommes faut-il manger et comment ?

 

objet connecté santé

Le quantified self – ou « auto-mesure de soi » - est venu bouleverser nos vies d’humains en nous donnant accès, grâce aux technologies de pointe, à des informations très précises sur le fonctionnement de notre corps. Des infos qui se dissimulaient auparavant dans les profondeurs de nos organes et de notre métabolisme, et auxquelles seuls les spécialistes avaient accès. Entre dispositifs de santé et gadgets loisir, les objets connectés nous permettent de mieux connaître nos paramètres physiologiques,  et de tirer parti de ces informations pour optimiser nos performances tout en prenant soin de notre santé. Ils nous aident à nous soigner lorsque la maladie est là.

Les rayons de tous les magasins regorgent de produits alimentaires enrichis de toutes sortes, des produits laitiers aux corps gras en passant par les pains, les biscuits et même les eaux. Sont-ils vraiment utiles ou peuvent-ils être à risques pour votre santé ?

Difficile de trouver un produit alimentaire sans additifs car ils sont employés larga manu dans toute l’industrie pour de multiples raisons, l’essentielle étant la rentabilité.

Il existe une multitude  d’additifs, certains utiles, d’autres non, certains très probablement toxiques, d’autres non. En sommes nous empoisonnés ?

On fait le point.

Ce serait une erreur de penser que l’accumulation de graisse dans le foie s’observe uniquement chez l’adulte, en particulier en surpoids et/ou diabétique. Les enfants souffrent aussi de cette maladie du foie que l’on appelle stéatose hépatique. De plus en plus souvent et de plus en plus tôt, avec à la clé un risque ultérieur de cirrhose et de cancer hépatique. 

 Comme chaque année, le congrès de l’European Society of Cardiology a apporté son lot d’études scientifiques pour mieux comprendre les maladies cardiovasculaires comme la fibrillation auriculaire ou l’insuffisance cardiaque et leur traitement, notamment les anticoagulants. Morceaux choisis, en direct du congrès.

A la rentrée, c’est sûr, nos neurones vont se remettre à carburer à cent à l’heure. Pour les préserver du stress, de surmenage ou de la déprime, une solution : chouchoutez votre assiette car certains aliments sont particulièrement bons pour le cerveau. Alors pourquoi s’en priver ?

Vacances en bord de mer : faites-en une vraie cure santé !

Le sable, les embruns, le soleil, les poissons et crustacés…  En bord de mer, toutes les conditions sont réunies pour des vacances synonymes d’énergie, de détente et de santé au top ! Profitez-en…

Obésité : ces maladies associées auxquelles on ne pense pas

L’obésité n’est pas qu’un tour de taille ou une considération esthétique. Etre obèse est une maladie en soi, source de bien des maux. Si l’on connait le diabète, l’hypertension artérielle ou l’arthrose, on ignore souvent la réalité du risque de cancer lié à l’obésité mais aussi de syndrome des apnées du sommeil ou de lithiase biliaire.

Revue de détail avec le Pr Jean-Michel Oppert, chef de service de Nutrition à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

Diabétoporose

Le diabète peut fragiliser les os, et conduire à une réflexion sur l'ostéoporose associée. Une réalité quasi méconnue, y compris par les soignants. Pourtant, le seul fait d’avoir un diabète expose à un risque de fracture plus élevé et encore plus lorsque le diabète est mal contrôlé.  Désormais, dans le diabète de type 1 comme dans le diabète de type 2, au même titre que l’on surveille le cœur, les vaisseaux, les reins, les nerfs et les yeux, il faut penser aux os. 

 

Stress, dépression, anxiété : mauvais pour le coeur !

Le cerveau peut être le pire ennemi du cœur et du système cardio-vasculaire, mais aussi son meilleur allié. Parce que l’état psychologique -stress, anxiété, dépression- joue beaucoup dans la maladie cardiovasculaire, la "psychocardiologie" vient de naître : pour préserver son cœur avant un infarctus du myocarde mais aussi après, pour limiter les récidives et l’aggravation d’une maladie cardiovasculaire existante.

Beurre, margarine, huile : quelles matières grasses pour cuisiner santé ?

Beurre, huile, margarine n’ont pas les mêmes caractéristiques nutritionnelles, ni les mêmes réactions à la chaleur. Pour cela, ces matières grasses peuvent avoir une influence bénéfique ou néfaste sur notre santé. Côté technique de cuisine, ils n’ont pas toujours les mêmes utilisations, et nous n’avons pas les mêmes goûts. Voici comment bien les choisir et les utiliser. 

Maladie mentale : quel est le rôle de l'alimentation ?

Si l’alimentation ne peut bien sûr pas être considérée comme unique cause de la maladie mentale, il est par contre prouvé qu’il existe un lien entre la (non) qualité de celle-ci et ces pathologies : il est notamment établi pour la dépression, l’autisme et la schizophrénie. 

Ventre plat

L’accumulation de graisse abdominale, c’est-à-dire située à l’intérieur du ventre, est à prendre au sérieux. C’est une des anomalies du syndrome métabolique qui, à terme, peut favoriser l’apparition d’un diabète de type 2. Une maladie qui touche aujourd’hui 422 millions de personnes dans le monde, quatre fois plus qu’en 1980, et 8% de la population française. Pour l’éviter, voici les conseils du Dr Boris Hansel, diabétologue à l’hôpital Bichat à Paris.

Démangeaisons : ça gratte, qu’est-ce que c’est ?

Un tiers des Français a eu des démangeaisons au cours des sept derniers jours. Ces résultats surprenants proviennent de l’unique centre de recherche français entièrement dédié au "prurit", le nom médical des démangeaisons. Le sujet vous paraît anecdotique ? Vous auriez pourtant tort de prendre les démangeaisons à la légère.

Oignon : un légume médicament

L’oignon est considéré comme un « alicament », c’est-à-dire un aliment qui a le pouvoir d’un médicament. Vous l’employez le plus souvent comme aromate. Cuisinez-le comme légume afin que ses pouvoirs de médicament puissent s’exercer.

Surpoids et obésité : toute la vérité !

Il y a 40 ans, l'insuffisance pondérale était deux fois plus importante que l'obésité. Aujourd’hui, les personnes obèses sont plus nombreuses que celles en sous-poids*. Seul élément positif : l'indice de masse corporelle est resté globalement stable entre 1975 et 2014 chez la plupart des femmes européennes, à l'exception des Britanniques. Florilège des dernières news scientifiques sur le surpoids et l’obésité. 

Cholestérol : les statines conviennent-elles aux personnes à risque cardiovasculaire modéré ?

Alors que la prévention par statine -médicament qui fait baisser le taux de cholestérol- cible les personnes à haut risque cardiovasculaire, une vaste étude intitulée HOPE-3 suggère un intérêt aussi chez ceux qui n’auraient qu’un risque modéré et donc en relative bonne santé. Faut-il s’enthousiasmer ? 

vegan : les risques

Le veganisme, ou vegan,  est furieusement à la mode. Le VeggieWorkd, le plus grand des salons consacré à cette exigeant mode de vie vient de se tenir à Paris. On ne compte plus les célébrités qui se revendiquent vegan alors qu’elles ne le sont pas vraiment.

On fait le point sur ses bienfaits mais aussi ses risques.

Des décennies de traitement anticoagulant classique ont permis d'éviter de nombreuses maladies cardiovasculaires, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux, phlébites et embolies pulmonaires. Mais le prix à payer pour sauver des millions de vies est un risque hémorragique important. C’est pourquoi l’arrivée de nouveaux anticoagulants en premier choix est une révolution. 

Contraste froid et chaud : protégeons nos veines !

Le froid, notre appareil circulatoire s’y adapte finalement plutôt bien. Mais il peut parfois faire des dégâts et nécessite toujours un retour progressif à la chaleur. 

Le cholestérol au cœur des maladies cardiovasculaires

Le cholestérol, tout le monde en parle. Si la majorité d’entre nous sait qu’un taux élevé de LDL-cholestérol, qualifié de "mauvais cholestérol", met en péril notre santé cardiovasculaire, peu connaissent leurs propres taux de cholestérol. Une enquête européenne lève le voile sur ce paradoxe. 

10 idées reçues sur notre alimentation

Nous sommes toutes pétries d’idées reçues sur notre alimentation qui remontent au siècle dernier. Et qui risquent souvent de déséquilibrer notre comportement alimentaire. On en fait le tour et on rectifie. 

Huile, beurre, crème, margarine… : comment les choisir et les cuisiner ?

Huile, beurre, crème, margarine, graisse d’oie ou de canard, les corps gras ne manquent pas pour cuisiner. Encore faut-il les choisir à bon escient. On fait le point. 

Le réchauffement climatique et la pollution : un désastre au plan des maladies cardiovasculaires !

L'enjeu de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) qui vient de se terminer le 11 décembre à Paris était de contenir l'augmentation des températures à 2°C de plus par rapport à l'ère préindustrielle. Une urgence tant la pollution industrielle et domestique, principal coupable favorisant le réchauffement climatique, est dévastatrice sur le plan des maladies cardiovasculaires. Revue de détail.

Pages