Ménopause : grand bouleversement hormonal et psychique

Ménopause : grand bouleversement hormonal et psychique
Le grand bouleversement hormonal qui se produit à la ménopause se répercute aussi sur le psychisme. Parfois directement, mais aussi souvent de façon indirecte…
Ménopause : grand bouleversement hormonal et psychique

Articles

Ménopause, traitement hormonal substitutif et démence : un lien à établir

La femme a plus de risque que l'homme de développer une démence. Une des explications proposées à cette réalité statistique est le rôle joué par les hormones féminines, en particulier les oestrogènes. Plusieurs études ont suggéré que le traitement hormonal substitutif (TSH) institué lors de la ménopause pouvait réduire ce risque. Pourtant, malgré l'intérêt que cette question suscite chez les cliniciens, on reste encore aujourd'hui bien loin des certitudes.

La ménopause, un nouveau départ dans la vie d'une femme

La ménopause, définie par l'arrêt des fonctions ovariennes entraînant un état de carence hormonale, marque un tournant essentiel de la vie d'une femme. Elle peut donner lieu à des manifestations parfois gênantes (bouffées de chaleur, fatigue, trouble de l'humeur, etc.),mais très variables en intensité et en fréquence d'une femme à l'autre. Celles-ci ainsi que les complications à plus long terme, telle l'ostéoporose, sont soulagées et prévenues par le traitement hormonal substitutif, associant un oestrogène et un progestatif. Les nombreuses spécialités disponibles permettent de proposer à chaque femme un traitement personnalisé, correspondant à ses désirs et à son intérêt.

Du nouveau dans le traitement de l'ostéoporose

Le traitement de fond de l'ostéoporose post ménopausique est difficile à suivre au quotidien. Bientôt, une dose par semaine suffira pour obtenir les mêmes bénéfices qu'un traitement journalier.

Le traitement hormonal substitutif en continu diminue le risque de cancer de l'utérus

Selon une étude récente, l'hormonothérapie substitutive combinée de la ménopause, en prise continue, n'augmente pas le risque de cancer de l'utérus. Au contraire, il semblerait qu'il soit protecteur.

Le diagnostic précoce de l'ostéoporose est une priorité

L'ostéoporose est une affection caractérisée par une fragilisation des os, touchant particulièrement les femmes après la ménopause. Cette fragilité osseuse, liée à une diminution de la masse osseuse, entraîne un risque accru de fractures, avec leurs conséquences médicales et socio-économiques. Seul un diagnostic précoce, reposant essentiellement sur l'ostéodensitométrie, peut permettre une prise en charge préventive de cette maladie qui est malheureusement très fréquente.

Dépression saisonnière et traitements

La lumière de haute intensité, classiquement utilisée pour traiter les dépressions dites saisonnières, pourrait avoir de beaux jours devant elle. De nouvelles utilisations lui sont attribuées, comme par exemple la lutte contre le stress dans le monde du travail.

Saignements féminins : réagissez promptement !

Dès l'arrivée de leurs premières règles, les femmes subissent stoïquement ces quelques jours d'hémorragies menstruelles. Toutefois, le cycle féminin peut parfois devenir défaillant. Des pertes de sang se produisent alors de façon anormale. Des saignements peuvent avoir lieu en dehors des périodes de règles, être trop abondants ou se prolonger au-delà de la durée habituelle, qui est normalement de 2 à 8 jours selon les femmes. De tels symptômes inquiètent toujours, et en effet, s'ils sont parfois anodins, ils peuvent également être beaucoup plus graves. Dans tous les cas il faut consulter un médecin pour se rassurer et surtout pour se faire soigner.

Nouveau : un test de la ménopause, mais hélas inutile pour la plupart des femmes

Un test de la ménopause vient d'être mis sur le marché, mais celui-ci ne devrait s'adresser qu'à une très faible proportion de femmes ménopausées. En effet, la plupart du temps les signes et les symptômes annonçant la ménopause sont bien marqués et ne nécessite aucunement le recours à un test comme le confirment de nombreux gynécologues.

Les Français ont pris l'habitude de faire mesurer leurs chiffres de tension artérielle très régulièrement. Pourtant seuls 50% des personnes souffrant d'hypertension sont dépistés et éventuellement traités. Inversement 15 à 30% d'entre eux sont probablement traités pour rien. Et si l'on refaisait le point ?

Les mycoses vaginales représentent la première cause de consultation en gynécologie. Elles sont dues à des champignons microscopiques. Pourtant, les mycoses vaginales sont souvent favorisées par une hygiène intime trop stricte. Explications.

Le traitement hormonal de la ménopause protège le coeur

Il y aurait 2 fois moins d'Infarctus du myocarde sous traitement hormonal de la ménopause

Une équipe britannique a récemment annoncé qu'elle avait réussi à réimplanter à une jeune femme des fragments d'un de ses ovaires.

Pages