Régime pauvre en sel
Publié le 12 Juillet 2001 à 2h00 par Paule Neyrat, Diététicienne
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Excès général de sel

Il est certain que nous consommons généralement trop de sel et que cet excès peut favoriser une hypertension. C'est pourquoi en France, l'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) a entrepris depuis plusieurs années une campagne auprès des industriels et des artisans de l'agro-alimentaire pour qu'ils salent moins leurs produits (pains, charcuteries, fromages, plats cuisinés, soupes, etc.). Cette campagne a commencé de porter ses fruits.

Comment consommer moins de sel ?

Il n'est pas vraiment difficile de diminuer le sel de son alimentation. Il faut déjà estimer les quantités :

  • 1 pincée de sel = 1 à 2 g
  • 1 cuillère à café de sel = 5 g
  • 1 cuillère à soupe de sel = 10 g
On doit toujours goûter avant d'ajouter du sel, quand on fait la cuisine, mais aussi quand on est à table avant d'empoigner la salière. Et se dire que 3 pincées de sel rajoutées dans l'assiette couvrent environ les besoins en sodium pour la journée... Tout le reste sera du superflu. Si l'on a vraiment besoin de saler, au lieu d'agiter la salière au-dessus de l'assiette, mieux vaut le faire dans le creux de la main. Ainsi, on prend conscience de la quantité que l'on ajoute et au-delà d'une pincée, on jettera sûrement le reste. Il faut aussi ne pas trop saler l'eau de cuisson des légumes, des pâtes, etc. Une seule cuillerée à soupe de sel est largement suffisante pour saler 1 litre d'eau.Et, bien évidemment, il faut préférer les aliments cuisinés à la maison à ceux de l'industrie agro-alimentaire, toujours plus riches en sel et dont on ne peut contrôler les quantités.

Régime sans sel

Le régime sans sel le plus strict exige de supprimer le sel de cuisine et de table et tous les aliments riches en sel, soit naturellement, soit lors de leur fabrication, c'est-à-dire : les algues, les coquillages et les crustacés, les oeufs de poisson, les poissons panés surgelés, les poissons et les viandes fumés, toutes les charcuteries et les fromages, le beurre salé, la plupart des margarines, beurres et margarines allégés, les conserves, les plats cuisinés du commerce, la choucroute, les potages en sachets et en boîtes, les fruits secs pour apéritif, le pain, les biscottes et les biscuits salés, tous les produits de confiserie et de biscuiterie (sucrée), les condiments (moutarde, pickles, cornichons, etc.), les sauces du commerce, les bouillons en poudre ou en cube, la plupart des eaux minérales gazeuses. Ce sans sel strict est extrêmement contraignant, difficile à suivre, et coupe de toute vie sociale. Particulièrement inappétent (le sel est un excitant de l'appétit), il peut provoquer un amaigrissement et/ou déséquilibrer l'alimentation. Il existe un certain nombre de produits diététiques appauvris en sodium qui peuvent aider à supporter la monotonie de ce régime : pain, biscottes et produits de biscuiterie, de confiserie, condiments, conserves, etc. Il faut largement se servir d'aromates, fines herbes de toutes sortes pour compenser la fadeur des aliments.