Les complémentaires alimentaires ne protègent pas votre cœur

Publié le 17 Juillet 2019 à 17h21 par Sophie Raffin, journaliste santé
Pour prendre soin de notre cœur et notre santé, nous sommes nombreux à nous tourner vers les compléments alimentaires. Mais notre geste quotidien serait en fait vain. Selon une étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins, la plupart de ces vitamines, minéraux et nutriments ne nous protégeraient pas des maladies cardiovasculaires.
© Istock

Les compléments alimentaires, sont-ils vraiment bons pour notre santé ? La question se pose de plus en plus. Après la mise en garde des professionnels contre certains suppléments alimentaires qui augmentent les fausses-couches, d'autres chercheurs préviennent que la majorité de ces produits n'ont pas les effets attendus.

Reprenant les données de 277 essais cliniques, les équipes de la faculté de médecine américaine de l'université Johns Hopkins ont évalué l'impact de 16 compléments alimentaires (antioxydants, vitamines, acides foliques...) et 8 régimes sur la santé cardiovasculaire ou l'espérance de vie.

La majorité des suppléments - dont les multi-vitamines, le sélénium, les vitamines A, B6, C, E et D ainsi que le calcium et le fer - ne semblent pas diminuer les risques de décès ou de maladies cardiaques.

Attention au cocktail calcium/vitamine D

Si la majorité des compléments alimentaires et régimes ne montrent aucun effet (bénéfique ou néfaste) significatif, trois éléments semblent toutefois être des atouts santé.

Le régime pauvre en sel diminue les risques de mort précoce de 10% pour les personnes ayant une bonne pression artérielle. Cet impact est qualifié de modéré par les scientifiques. En revanche, les risques d'un décès en raison d'une maladie cardiaque chutent de 33% pour les personnes ayant une pression artérielle élevée.

De leur côté, les oméga 3 réduiraient les risques de crise cardiaque de 8% et de maladie coronarienne de 7%. L'autre complément alimentaire qui semble avoir un intérêt pour la santé, selon l'étude, est l'acide folique. Les données des 25 recherches menées sur cette vitamine indiquent en effet qu'elle diminuerait les risques de crises cardiaques de 20%.

Par contre, les habitués des compléments alimentaires doivent se montrer prudents. Des cocktails de suppléments peuvent être dangereux. En effet, consommer du calcium et de la vitamine D en même temps augmenter les risques de faire un infarctus. Sur les 42 072 participants ayant pris cette combinaison de gélules 3690 ont fait une crise cardiaque. Cela représente une hausse des risques de +17%. En revanche, lorsque ces éléments sont pris individuellement, ils ne montrent aucune augmentation des risques.

Les compléments ne sont pas une "solution miracle"

"La panacée ou la solution miracle que les gens recherchent dans les compléments alimentaires n'existe pas", prévient l'auteure principale de l'étude, Erin D. Michos, directrice adjointe de la cardiologie préventive au Centre Ciccarone pour la prévention des maladies cardiovasculaires et professeure à la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins. Elle recommande "Les gens devraient chercher à avoir les nutriments nécessaires en ayant une alimentation saine pour leur cœur, car les données montrent de plus en plus que la majorité des adultes en bonne santé n'ont pas besoin de prendre des compléments."

Le professeur de l'université de West Virginia, Safi U. Khan, ajoute "Notre analyse porte un message simple : même s'il peut exister des preuves que quelques interventions ont un impact sur l'espérance de vie et la santé cardiovasculaire, la grande majorité des vitamines, des minéraux et des régimes n'ont aucun effet mesurable sur la réduction du risque de mortalité précoce et des maladies cardiovasculaires”, explique l’auteur principal

Prudence avec les compléments alimentaires

Les Compléments Nutritionnels Oraux (CNO) peuvent prendre plusieurs formes : gélules, comprimés, sachets de poudre, ampoules… En France, ils sont en vente libre en pharmacie ou en parapharmacie, et parfois pour certains en supermarché. Toutefois, il est recommandé de demander conseil à un professionnel de la santé (médecin, pharmacien...) avant d'en prendre. Il est également important de suivre la posologie et la durée de traitement indiquées.

Les suppléments sont pris en charge par la sécurité sociale seulement lorsqu'ils sont prescrits à des patients dénutris (personnes âgées, malades...).

Les complémentaires alimentaires ne protègent pas votre cœur© Service de presseCrédit: Johns Hopkins Medicine

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.