Compléments alimentaires pour maigrir : les dangers

Tentée d’utiliser des compléments alimentaires pour maigrir ? Si certains compléments alimentaires peuvent effectivement vous aider, il convient quand même de prendre des précautions pour protéger votre santé.
© Istock

Méfiez-vous des compléments alimentaires pour maigrir sur le net

Des compléments alimentaires «minceur» de tous horizons abondent sur internet. Problème: si certains respectent les normes françaises, plusieurs produits conçus à l’étranger présentent des risques pour la santé. C’est du moins ce que révèle une étude du CNRS*. Sur 37 coupe-faim analysés, 33 d’entre eux contenaient de la sibutramine (interdite en France, en raison de risques cardiovasculaires) ou de la phénolphtaléine (cancérigène aussi interdit dans l’Hexagone). En résumé: si vous n’êtes pas sûre à 100 % de l’origine et du contenu d’un complément alimentaire, ne l’achetez pas.

A lire aussi : Pilules pour maigrir

Compléments alimentaires: gare aux déséquilibres

Augmenter les déséquilibres nutritionnels fait partie des dangers des compléments alimentaires lorsqu’ils sont utilisés sans surveillance médicale lors d’un régime. C’est d’autant plus vrai pour les régimes restrictifs, concentrés sur certains aliments et en excluant beaucoup d’autres. Dans ce genre de situation, prendre un complément alimentaire pour maigrir a plus de chances de provoquer l’excès de certains nutriments que de corriger les carences liées à votre régime. Cela peut se traduire par l’apparition de troubles plus ou moins sévères en cas de déséquilibre marqué. Pour écarter les risques, prenez l’avis de votre médecin avant d’entamer votre cure minceur.*Source: Communiqué de presse du CNRS et de l’Université Toulouse III, 2012.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :