Fausse-couche : quels sont les risques après 35 ans ?

Tomber enceinte après 35 ans n'est pas forcement simple puisque les femmes sont à cette période de la vie moins fertiles que celles qui sont dans la vingtaine. Si un test de grossesse positif est alors vécu comme une victoire, cette joie peut se briser quelques semaines plus tard. En effet, les risques de fausse-couche sont nettement plus importants après 35 ans.
© Istock

Un taux de fausse-couche nettement plus élevé

Tomber enceinte après 35 ans n'est pas simple. La fertilité des femmes a diminué à cet âge. Si les trentenaires ont 75% de chance de concevoir en 12 mois, le taux tombe à 66% pour celles qui ont 35 ans et 44% pour les quadra.

"De plus en plus de femmes font leur premier enfant après 35 ans. Malheureusement, l'atrésie folliculaire, c'est-à-dire la mort ovarienne, est déjà programmée et s'accélère même à cet âge. La fertilité est alors moins bonne", explique le Dr Marie-Claude Benattar, gynécologue médical et obstétrique.

Mais surtout, une fois, le bébé conçu, les futurs mamans font face à une autre difficulté : un risque de fausse-couche accru. En effet, si les femmes de moins de 30 ans ont entre12 et 15% de risque d'en faire une. Cinq ans plus tard, le risque grimpe à 20% et double pour les quadragénaires (40%).

Pour les femmes de plus de 35 ans, il s'agit le plus souvent de fausses-couches précoces. C'est à dire avant 12 semaines. Elles sont principalement dues à une anomalie chromosomique du fœtus. "La plupart des fausses-couches sont le plus souvent génétiques, et non hormonales comme on pouvait le penser auparavant. Il y a tout simplement un raté. Il y a fécondation mais l'embryon n'est pas viable car les choses ne se sont pas déroulées correctement au niveau chromosomique", précise la gynécologue.

En outre, si l'utérus vieilli moins vite que les ovaires, il peut avoir été fragilisé par le passé par des maladies ou des opérations et ainsi supporter moins bien les grossesses.

Enfin, bien sûr comme dans les autres grossesses, certaines pathologies augmentent les risques de fausse-couche : les infections comme la grippe, les anomalies du col ou de l'utérus (fibromes utérins, polypes, syndrome des ovaires polykystiques) ou encore les maladies chroniques comme le diabète, une maladie de la glande thyroïde, le lupus ou la maladie cœliaque.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Enceinte à 40 ans, Dr Marie-Claude Benattar, gynécologue médical et obstétrique.
La rédaction vous recommande sur Amazon :