Fausse couche : et après ?

Une fausse couche n'a le plus souvent aucune conséquence pour une future grossesse et reste un accident isolé. Toutefois, elle n'est jamais banale et est toujours vécue comme un évènement négatif. A la suite d'un avortement spontané, comment se déroulent le bilan et le suivi ? Qu'en est-il en cas de fausses couches répétées ?
PUB

Fréquence, causes et conséquences des fausses couches

Entre 10 et 15% des grossesses donnent lieu à une fausse couche.

La cause la plus fréquente est une anomalie chromosomique de l'embryon (environ 60% des cas). Le plus souvent, il n'est pas utile de rechercher ces anomalies. Toutefois, pour certaines femmes, la détermination de la cause peut les aider au travail de deuil.

Cet évènement sans conséquence sur l'avenir reproductif est toujours dérangeant pour la femme.

Soutien et accompagnement après une fausse couche.

C'est pourquoi le plus important après une fausse couche est le soutien psychologique. Il est nécessaire d'accompagner les patientes. Une nouvelle grossesse pourra débuter lorsque le couple se sentira prêt.

PUB
PUB

Afin de rassurer, la première échographie est souvent réalisée plus tôt qu'après les 12 semaines d'aménorrhées.

Grippe et grossesse

La grippe est le plus grand pourvoyeur de fausse-couche. C’est pourquoi la vaccination contre la grippe est aujourd’hui commandée aux femmes enceintes à tous les stades de la grossesse. Pendant toute la grossesse, il faut se protéger de la contamination et consulter rapidement son médecin au moindre doute afin de bénéficier d’un antiviral.

Fausses couches à répétition

On parle de fausses couches à répétition après trois évènements ou plus.

En effet, deux fausses couches spontanées successives sont considérées comme liées à l'effet du hasard. Si on considère que le risque de fausse couche est de 15%, celui de faire trois fausses couches successives est théoriquement de 0,34%. Ainsi, cette situation se rencontre chez 1 à 3% des couples.

Trouver la cause

En pratique, il faut en trouver la cause (troubles de la coagulation, étiologies immunologiques, avortements endocriniens, syphilis). Mais dans 50% des cas, les fausses couches à répétition restent inexpliquées.

Attention, si la recherche de la cause est systématique après la troisième fausse couche, rien n'empêche d'entreprendre une exploration après la 2e. En effet, après deux avortements spontanés, le risque de nouvelle fausse couche est statistiquement augmenté à 20-30%.

Publié le 14 Novembre 2005 | Mis à jour le 22 Novembre 2013
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Le Quotidien du médecin, 6 octobre 2005.