Boutons, plaques rouges : comment reconnaître varicelle, rubéole, rougeole et scarlatine ?

© Istock

Parmi les maladies éruptives de l’enfant, seule la varicelle donne de "véritables boutons". Les autres, comme la rubéole, la rougeole et la scarlatine, donnent des lésions qui ressemblent à des plaques et non à des boutonsLe point sur ces maladies éruptives infantiles à l’origine de nombreux boutons ou de plaques…

Publicité

Boutons ou plaques ?

Le « bouton » est une notion grand public et non médicale. Les médecins utilisent les termes de « papules », « vésicules », « pustules ». Ainsi, ce que l’on entend par « bouton » désigne plutôt une lésion cutanée, de petite taille et surélevée. De tels boutons se manifestent par exemple en cas de varicelle, de bouton de fièvre (herpès), de furoncle ou d’acné.

Chez l’enfant, parmi les maladies éruptives infantiles, seule la varicelle se traduit par l’apparition de boutons. Les autres maladies éruptives infantiles s’accompagnent de plaques et non de boutons.

Publicité
Publicité

Le point sur les symptômes de ces maladies éruptives infantiles.

Les boutons de varicelle

La varicelle est due à un virus de la famille herpès. Elle évolue classiquement par petite épidémie. Cette maladie infantile s’annonce par une petite fièvre et des poussées de vésicules qui démangent fortement l’enfant.

Localisation des boutons de varicelle :

Les boutons apparaissent au niveau du tronc avant d’envahir le visage, le cou et les membres. Le cuir chevelu peut même être atteint, tout comme la paume des mains et la plante des pieds.

Caractéristiques des boutons de varicelle :

Les boutons de varicelle forment de petits ulcères, plats, rouge et relevés.

Apparaissent progressivement des vésicules remplies de liquides sur un fond rouge. Ces vésicules finissent par s'assécher, formant alors des croûtes inesthétiques qui tombent en moyenne en 7 jours.

Les boutons de varicelle apparaissant par poussées, différents stades d’évolution sont simultanément présents.

Côté traitement, un médicament antihistaminique est prescrit pour aider l’enfant à ne pas se gratter. Un antiseptique local est également appliqué pour désinfecter les vésicules et éviter une surinfection à l'origine de cicatrices.

Là encore, il existe un vaccin contre la varicelle, mais destiné aux adultes exposés au virus et n’ayant jamais eu cette affection dans l’enfance.

 
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 25 Juin 2012 : 00h00
Mis à jour le Lundi 25 Juin 2012 : 12h19
Source : Dr Marc Sznajder, “Maladies infantiles, guide des symptômes”, Éditions Marabout Pratique, 2009. Site de la Sécurité sociale : www.ameli-sante.fr. Calendrier vaccinal 2012 : www.sante.gouv.fr/calendrier-vaccinal-detaille-2012.html.
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
PUB