Maladie auto-immune : comprendre le lupus

Publié le 07 Décembre 2018 par La Rédaction E-Santé
Le lupus est une maladie chronique rare qui ne concerne qu’une personne sur 2 000 et à 90 % des femmes âgées de 18 à 30 ans. Mais cette maladie auto-immune peut prendre plusieurs formes. C’est pour cette raison qu’elle est dite systémique, c’est-à-dire qui touche plusieurs systèmes (la peau, les articulations, le cœur, etc.). Apprenons-en davantage sur cette pathologie qui peut aussi provoquer des douleurs.
PUB

Les différentes formes de lupus

Le lupus est une maladie auto-immune qui présente diverses caractéristiques selon qu’il s’agit d’un lupus discoïde, d’un lupus induit ou d’un lupus érythémateux disséminé. Le lupus discoïde est une pathologie chronique qui affecte la peau, notamment au niveau du visage (autour du nez et à hauteur des pommettes) et du cuir chevelu (les cheveux chutent à l’endroit où il se développe). Il entraîne des lésions cutanées qui vont engendrer la formation de croûtes et, à terme, laisser des cicatrices. Le lupus induit est provoqué par la prise de certains médicaments. Il est moins handicapant dans la mesure où il disparaît à l’arrêt du traitement. Quant au lupus érythémateux disséminé (LED), il ne possède pas de caractéristique propre car il se manifeste de différentes manières en fonction des patients.

PUB

Symptômes du lupus érythémateux disséminé

Le lupus érythémateux disséminé se traduit le plus souvent par : - des douleurs articulaires (les articulations sont rouges, gonflées et parfois raides), - des lésions cutanées ou érythèmes (caractérisés par l’apparition de plaques rouges sur la peau et les muqueuses, notamment au niveau du visage), - des atteintes rénales (dans 50 % des cas avec un risque de destruction des reins), - des troubles digestifs, le plus souvent dus aux médicaments anti-inflammatoires, - des inflammations pulmonaires (épanchement pleural) et cardiaques (tachycardie, péricardite, etc.). Il arrive également que l'on observe des troubles neurologiques (psychologiques et psychiatriques) et/ou de la fièvre. Quoi qu’il en soit, cette maladie auto-immune s’accompagne systématiquement d’une fatigue plus ou moins marquée. À noter que le LED est parfois associé à d’autres pathologies telles que le syndrome de Raynaud ou la maladie de Gougerot-Sjögren.

PUB

Traitement du lupus

Il existe plusieurs modes de traitements du lupus. Le traitement de première intention consiste à prendre de l’aspirine et des médicaments initialement destinés à lutter contre le paludisme. Dans les formes simples de lupus cutané, cette approche est suffisante. Le traitement de fond repose lui aussi sur la prise d’antipaludéens puis de divers médicaments en fonction des troubles à traiter. On peut ainsi avoir recours à des anti-inflammatoires, à de la cortisone (à doses variables en fonction de la gravité), ou encore à des traitements immunosuppresseurs (en perfusion pendant plusieurs mois) afin d’empêcher le système immunitaire de se retourner contre l’organisme (principe de la maladie auto-immune). Ces derniers sont responsables de nombreux effets secondaires, c’est pourquoi on les réserve aux lupus de forme sévère.

La rédaction vous recommande sur Amazon :