Devez-vous manger moins de pain ?

© Adobe Stock

Du petit déjeuner au dîner, le pain a sa place sur la table de tous les foyers. Apprécié de 98 % des Français.es, cet aliment est considéré comme incontournable. Mais n'en mange-t-on pas trop ? Réponses, et explications, avec Anne Guillot, diététicienne-nutritionniste.

PUB

En France, le pain est une tradition. Que ce soit la baguette, la ficelle ou la boule, nous en ingérons plus de 90 grammes par jour. Il faut dire que seulement 2 % de la population n'en est pas très amatrice.

Mais ce record a-t-il du bon ? Sur le papier, le pain apporte plusieurs éléments intéressants sur le plan nutritionnel. Pour autant, il n'est pas nécessaire à chaque repas. Anne Guillot, diététicienne-nutritionniste, nous explique dans quels cas il faut limiter sa consommation de pain.

La limite recommandée

Le pain fait partie de la famille des féculents, souvent décriés par les régimes. En eux-mêmes, ils ne font pas grossir et apportent même des glucides complexes qui constituent une source d'énergie idéale pour le corps. Il ne faut pas non plus en abuser et varier leur place dans les repas.

PUB
PUB

Si le pain est le seul féculent consommé dans la journée, il est possible d'aller jusqu'à une demi-baguette par jour pour une femme, trois-quarts pour un homme. Cela correspond à 150-200 grammes de produit. Mais ces estimations sont indicatives.

"Les recommandations ne concernent pas le pain mais les glucides en général", souligne Anne Guillot. Ceux-ci doivent représenter environ la moitié de l'apport énergétique quotidien. Les pains à base de farine complète sont à privilégier car ils sont, en outre, source de fibres.

Oui, si vous mangez du pain blanc

Car toutes les versions ne se valent pas sur le plan nutritionnel. Le pain blanc a tendance à être déconseillé car il a un indice glycémique élevé, ce qui peut favoriser le stockage des graisses.

"On va plutôt recommander le pain au levain traditionnel, à fermentation longue, qui a un IG plus bas et va aussi contenir moins de gluten", indique Anne Guillot. Les adeptes de la baguette à 95 centimes devront donc se résoudre à mettre un coup de frein à leur consommation.