Pourquoi faut-il manger plus d’oméga-3 ?
Publié le 29 Octobre 2010 à 14h57 par Rédaction E-sante.fr
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Déséquilibre oméga-3 / oméga-6

Il existe deux familles d’oméga, les oméga-3 et les oméga-6, toutes deux indispensables pour le bon fonctionnement de notre organisme, sous réserve qu’elles soient à peu près en quantité équivalente.

En effet, pour que l’organisme puisse utiliser ces deux types d’acides gras, ils doivent être transformés par une enzyme. Or c’est la même enzyme qui transforme les oméga-3 et les oméga-6.

Si les oméga-6 sont en excès, ils monopolisent cette enzyme. Résultat, cette enzyme n’est plus disponible pour métaboliser les oméga-3, lesquels sont inutilisables pour l’organisme.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Notre mode d’alimentation a fortement dérivé. Avec l’industrialisation et l’élevage intensif, nos apports en acides gras polyinsaturés ont radicalement changé.

Par exemple, nous consommons de plus en plus de produits industriels. Or l’industrie agroalimentaire utilise des matières grasses très riches en oméga-6 (huile de palme, de tournesol, d’arachide…). Autre exemple, les animaux qui mangeaient autrefois de l’herbe et autres graines naturellement riches en oméga-3, sont aujourd’hui élevés avec des farines de maïs et de soja, des aliments inversement riches en oméga-6.

Résultat, les produits animaux (viande, lait et œufs) sont désormais pauvres en oméga-3 mais riches en oméga-6.

En quoi les oméga-3 sont-ils si importants pour notre santé ?

Les oméga-3 et les oméga-6 ont des effets différents, voire opposés.

Les oméga 3 limitent la fabrication des cellules graisseuses et calment l’inflammation, tandis que les oméga-6 facilitent le stockage des graisses et les réponses inflammatoires de l’organisme.

Autrement dit, trop d’oméga-6 et insuffisamment d’oméga-3 favorisent le surpoids et l’inflammation, phénomènes impliqués dans le développement des grandes maladies : maladies cardiovasculaires, cancers… On comprend ici l’importance de maintenir ces deux types d’acides gras dans des proportions raisonnables.

A noter que les personnes qui n’arrivent pas à perdre leur surpoids alors qu’elles ne consomment pas plus de calories que la normale, devraient se demander si elles ne consomment pas trop d’oméga-6…

Augmenter les oméga-3 ne suffit pas, il faut aussi diminuer les oméga-6 !

Il est donc essentiel de revenir à une alimentation plus riche en oméga-3. Mais attention, il faut aussi parallèlement diminuer nos apports en oméga-6. En effet, le déséquilibre atteint avec notre alimentation industrielle est tel qu’il est indispensable de modifier simultanément les deux paramètres.

A vous de juger, le rapport oméga-3 / oméga-6 de nos ancêtres était de 1 / 3. Aujourd’hui, il est de 1 / 15, voire 1 / 40 pour certains d’entre nous !

La consommation d’oméga-6 a globalement augmenté de 250 % entre 1960 et 2000 en France, alors que la consommation d’oméga-3 a diminué de 40 % environ.

Comment manger plus d’oméga-3 et moins d’oméga-6 ?

  • En évitant les produits industriels et donc en cuisinant soi-même à partir de produits de base issus, pour les produits animaux, d’élevage en pâturage ou nourris aux graines de lin (œufs Bleu-Blanc-Cœur).
  • En privilégiant les végétaux au lieu des produits animaux.
  • En mangeant du poisson deux fois par semaine.
  • En utilisant comme matières grasses de l’huile de colza et de l’huile d’olive.
Source : Institut Moncey