Oméga-3 contre le diabète

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 31 Mars 2004 : 02h00
Mis à jour le Mardi 13 Octobre 2015 : 15h56
Les acides gras oméga-3, consommés régulièrement pendant la grossesse ou chez l'enfant durant sa première année de vie, réduisent de 25% les risques de développer un diabète de type 1 (insulino-dépendant). Finalement, nos arrières grands-mères n'avaient pas tord avec leur huile de foie de morue !
PUB

Le succès grandissant des oméga-3

Les oméga-3 sont des acides gras appartenant à la catégorie des acides gras polyinsaturés. Ils participent à de nombreuses activités physiologiques et interviennent également dans plusieurs processus pathologiques, dont les maladies cardiovasculaires. De nombreuses études ont été consacrées aux oméga-3. Jusqu'en 1977, on croyait que l'effet bénéfique de l'huile de foie de morue était dû à la présence des vitamines A et D qu'elle contenait. Mais si la présence de ces vitamines permettait de prévenir notamment le rachitisme, on ne comprenait pas pourquoi les habitants du Groenland souffraient si peu de maladies cardiovasculaires. C'est ainsi que dans les années 70, plusieurs chercheurs danois ont étudié ces populations pour essayer de comprendre cette situation paradoxale en apparence, puisque les Groenlandais avaient un régime alimentaire plus riche en graisses que les Danois. C'est ainsi qu'ils ont démontré que les Groenlandais ne consommaient pas n'importe quelle sorte de graisses, mais des graisses provenant de poissons gras. Depuis, la célébrité des oméga-3 n'a fait que grandir, parallèlement à la découverte de leurs multiples bienfaits.

PUB
PUB

Oméga-3 : bénéfiques aussi cotnre le diabète

En ce qui concerne l'influence des acides polyinsaturés sur le risque de diabète, cette relation était fortement suspectée. Elle a ensuite été étayée par cette enquête menée auprès de 2.200 sujets, dont 500 d'entre eux étaient diabétiques. Leurs apports en acides gras polyinsaturés ayant été estimés en fonction de leurs habitudes alimentaires, il ressort qu'une consommation régulière d'oméga-3 durant la grossesse ou la première année de vie des enfants, protègent ces derniers du risque de diabète de type 1. Les acides gras polyinsaturés joue donc bien un rôle dans la résistance à l'insuline.

Ce résultat est particulièrement intéressant. Il est en faveur d'une alimentation riche en oméga-3 des femmes enceintes.

D’autres études ont montré que la consommation d’oméga-3 protège du diabète les enfants présentant un risque de développer un diabète de type 1 (1).

Toujours est-il qu’aujourd’hui, les recommandations destinées aux diabétiques en prévention primaire ou secondaire incluent les oméga-3, à savoir qu’il est conseillé de réduire les apports en acides gras saturés (viandes grasses, charcuteries, fromages, produits industriels….) et de privilégier les acides gras polyinsaturés (oméga-3).

Donc à tout âge, mettez régulièrement du poisson au menu et privilégiez l'huile de colza.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 31 Mars 2004 : 02h00
Mis à jour le Mardi 13 Octobre 2015 : 15h56
Source : Am. J. Clin. Nutr., décembre 2003.
PUB
PUB
A lire aussi
Apprivoisez les graisses alimentairesPublié le 10/03/2008 - 00h00

Les matières grasses et leurs secrets vous sont dévoilés. A vous d'en faire bon usage. Si vous savez les reconnaître et si vous maîtrisez leurs propriétés, votre santé pourra en tirer les plus grands profits.

Les oméga-3 dans l'alimentation : pour le senior aussi !Publié le 11/06/2003 - 00h00

Depuis quelques temps, ces acides gras polyinsaturés essentiels sont les stars incontournables du monde diététique. Littérature scientifique ou publicités, l'unanimité semble de mise pour que l'on en mette dans son assiette. Mais qu'en est-il de ce grand espoir de prévention quand on a 60 ans...

Oméga-3 et maladies cardiovasculaires, la preuve par 3Publié le 03/08/2011 - 08h09

Les oméga-3 ont largement fait parler d’eux dans le domaine de la dépression et de l’anxiété. Mais à l’origine, c’était pour leurs effets préventifs sur les maladies cardiovasculaires qu’ils ont été étudiés. Et c’est dans cette indication qu’ils restent encore...

Plus d'articles