Oméga-3 : le médicament universel ?

Les oméga-3, dont les bénéfices cardiovasculaires ne sont plus à démontrer, ne cessent d'étonner par leurs multiples potentialités médicales. Dans son livre " Le pouvoir des oméga-3 ", le Dr Michel de Lorgeril* décrit le concept de " déficience et carence en oméga-3 " qui semble caractériser les populations occidentales et expliquer la plupart des maladies de civilisation : cancer, asthme, dépression, Alzheimer...

Après une description du monde des oméga-3 et la présentation des hypothèses à l'origine des maladies de civilisation, le Dr Michel de Lorgeril et Patricia Salen décrivent dans leur ouvrage le rôle des acides gras polyinsaturés dans les maladies cardiovasculaires.Mais, dans une seconde partie, sont listées toutes les applications médicales des oméga-3 : allant de la cardiologie à la psychiatrie, en passant par néonatalogie, la cancérologie et la diabétologie.

Prévention des cancers

Constituants des membranes de toutes cellules, les oméga-3 possèdent des propriétés anti-prolifération et anti-dissémination. C'est ainsi qu'ils contribuent à diminuer le risque de cancer. Pour le cancer du sein et du côlon, des études épidémiologiques montrent que plus on mange du poisson et moins on risque de développer ces cancers. Il semblerait que l'équilibre entre oméga-3 et oméga-6 soit essentiel. A savoir que dans les pays industrialisés, les apports en oméga-6 sont excessifs et ceux en oméga-3 déficients. Et en effet, d'autres types d'études sont en faveur d'un effet inhibiteur des oméga-3 sur la prolifération des cellules cancéreuses et une activité pro-cancéreuse des oméga-6.

Prévention des maladies inflammatoires

Qu'il s'agisse de maladies auto-immunes, de réactions immunitaires exagérées ou de réactions inflammatoires excessives, de nombreux chercheurs pensent qu'un déficit en oméga-3 contribue aux très nombreuses maladies ayant une origine inflammatoire : arthrite rhumatoïde, articulations douloureuses, eczéma, asthme, maladie d'Alzheimer, maladie de Crohn, psoriasis, ostéoporose, résistance à l'insuline (diabète) et obésité.Mais attention, les oméga-3 ne sont pas des médicaments anti-inflammatoires. C'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas être utiles pour soulager un patient atteint par une de ces maladies à un stade avancé. Ils doivent surtout être employés comme agents préventifs.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : " Le pouvoir des Oméga-3 ", Dr Michel de Lorgeril et Patricia Salen, Editions Alpen.