Oméga-3 et maladies cardiovasculaires, la preuve par 3

Les oméga-3 ont largement fait parler d’eux dans le domaine de la dépression et de l’anxiété. Mais à l’origine, c’était pour leurs effets préventifs sur les maladies cardiovasculaires qu’ils ont été étudiés. Et c’est dans cette indication qu’ils restent encore aujourd’hui les plus efficaces. 

PUB

Oméga-3 et prévention des récidives d’infarctus

Très tôt, des études ont montré les bénéfices des oméga-3 chez les patients ayant été victimes d’un premier infarctus du myocarde.

C’est ainsi qu’après un infarctus, manger du poisson plus de deux fois par semaine diminue le risque de décès par maladie cardiovasculaire de 32%.

PUB
PUB

Cet avantage est bien lié aux acides gras polyinsaturés oméga-3, de bonnes graisses apportées par les poissons gras.

Les oméga-3 protègent de l’accident cardiaque

Chez des personnes initialement indemnes d’affection cardiaque, des études (moins nombreuses que celles ayant porté sur des personnes identifiées à risque cardiovasculaire) ont également démontré le pouvoir des oméga-3. Par exemple, le dosage dans le sang des acides gras polyinsaturés (de la famille des oméga-3) montrait qu’une concentration élevée abaissait de 44% le risque de faire un accident coronarien.

Autrement dit, consommer beaucoup d’oméga-3 réduit le risque de faire un infarctus plus ou moins grave.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 03 Août 2011 : 10h09
Mis à jour le Vendredi 06 Juin 2014 : 10h34
Source : Dr Catherine Solano et Dr Philippe Presles, « Prévenir – Alzheimer, cancers, infarctus et vivre en forme plus longtemps », Editions Robert Laffont.