Pesticides : le céleri-branche et le raisin sont les plus contaminés

© Istock

Nos fruits et légumes abritent des pesticides, ce n'est pas un secret. Mais nous ignorons encore quels aliments en portent le plus. Une enquête de l'association Générations Futures le révèle.

PUB

"Nous sommes ce que nous mangeons." Il faut espérer que ce proverbe n'est pas juste, car sinon nous serons tous des pesticides ambulants. En effet, d'après l'association Générations Futures et grâce aux données de la DGCCRF (1), il a été montré que 73 % des échantillons de fruits et 41 % des légumes non issus de l'agriculture biologique sont contaminés aux pesticides.

Dans un rapport publié ce 20 février sur son site, Générations Futures a combiné cinq ans de résultats publiés par la DGCCRF. En tout 52 fruits et légumes non bio sont épinglés.

Mais "la DGCCRF ne communique que sur des moyennes par famille de produits, des résultats qui ne sont pas toujours représentatifs ni réguliers puisque tous les aliments ne sont pas surveillés tous les ans ou alors en nombre trop faible, précise le président de l'association, François Veillerette, au Monde. Nous avons choisi d'agréger les données sur cinq ans, aliment par aliment, pour avoir une taille d'effectifs plus importante et lisser les aléas par exemple climatiques".

Des pesticides à foison

Pour ce faire, l'association n'a étudié que les résultats des fruits et légimes surveillés par quatre des cinq plans de surveillance de la DGCCRF. Au final, 19 fruits et 33 légumes ont été étudiés donc un échantillonage de 11 103 produits.

"C'est un travail de compilation inédit en France, insiste François Veillerette dans les colonnes du Monde. Il y avait une demande de consommateurs : faute de données sur notre territoire, ils se tournaient vers des études nord-américaines alors que les substances actives autorisées ne sont pas les mêmes ni les méthodes de production".

PUB
PUB

Parmi les différents fruits analysés, nous retrouvons le raisin en tête avec 89% des échantillons étudiés qui contiennent des pesticides suivis de près par les clémentines, mandarines et cerises à 88%. Les premiers du classement dépassent même le seuil fixé par l'Union européenne en matière de pesticides.

En bas du classement, les fruits qui contiennent le moins de pesticides sont les prunes, mirabelles, kiwis et les avocats avec 35 %, 27 % et 23 % d'échantillons positifs.

En ce qui concerne les légumes, en haut du classement nous retrouvons le céleri-branche avec 85 % d'échantillons contaminés; en deuxième place, les herbes fraîches avec 75 % et pour conclure ce top 3, les endives qui comptabilisent 73 % d'échantillons contaminés.

Une fois encore, certains légumes dépassent le seuil fixé par l'Union européenne en matière de pesticides.

Les plus consommés, ne sont pas les plus touchés

Les fruits et légumes les plus consommés en France ne se retrouvent pas en tête du classement. Mais ils restent tout de même très contaminés. En effet, la pomme - qui est le fruit que nous mangeons le plus - est 8e de ce classement. Constat étonnant vu les 36 traitements par an qu'elle reçoit. Mais elle possède tout de même 80 % d'échantillons contaminés.

Du côté des légumes, la pomme de terre est 7e, bien qu'elle reçoive 19 traitements annuels. Mais pour François Veillerette, il y a une explication. En effet, "certains légumes sont plus rustiques ou enterrés et reçoivent moins de pesticides car une partie reste sur les feuilles ou sur le sol" remarque-t-il.

Ce qui est le plus préoccupant reste la trop forte présence de pesticides dans nos assiettes. Comme le précise M. Veillerette "de manière générale, ce classement montre que la présence des pesticides est encore un vrai souci dans l'alimentation". A propos de son rapport il explique qu'"il permettra aux consommateurs d'être mieux informés".

Bien que favorable au développement de l'agriculture biologique, il juge "insuffisant" le nouveau label "zéro résidu de pesticides" que les producteurs maraîchers et arboriculteurs ont lancé le 7 février. L'ONG demande à ce que les pesticides utilisés soient affichés de manière précise sur les aliments afin de prévenir le consommateur.

En attente d'une nouvelle étude plus précise

A cause du manque d'informations au sujet du taux de concentration des pesticides, leur nom, leur nature et leur nombre Générations Futures n'a pas pu renseigner les consommateurs sur ce sujet. Tout ce qu'ils ont pu indiquer, c'est que 38 % des produits analysés en 2016 se retrouvaient avec deux types de pesticides et jusqu'à 19 pour certains mais sans préciser de quel fruit ou légume il s'agissait.

Jean-Pierre Cravedi, toxicologue et directeur de recherche à l'Institut national de la recheche agromotique (INRA), interrogé par Le Monde, se veut rassurant puisque pour lui "la présence de résidus de pesticides n'est pas inquiétante en soi pour la santé puisqu'ils font l'objet d'une réglementation".

Cependant au sujet des produits qui dépassent les normes européennes, il explique qu'"il y a un risque en cas de consommations régulière ou systématique d'un fruit ou d'un légume qui dépassent la LMR pour le même pesticide, ce qui est peu probable".

De son côté Emmanuelle Kesse-Guyot, épidémiologiste et directrice de la recherche à l'INRA, souligne qu'"on peut être en alerte, mais avant de dire que la situation est dangereuse, il faut des informations complémentaires sur les pesticides concernés".

Il faudra donc attendre une nouvelle étude afin de déterminer le taux de concentration des pesticides, leur nom, leur nature et leur nombre sur les fruits et légumes consommés en France.

(1) DGCCRF : Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés