Des pesticides dans la poussière de maisons rurales

Une enquête de l’association Générations Futures révèle que les populations vivant près des zones agricoles sont exposées tous les jours dans leur maison à un cocktail de pesticides - dont des perturbateurs endocriniens - pouvant altérer la santé.

Sommaire

Des perturbateurs endocriniens

En juillet 2015 et janvier 2016, les poussières de 24 foyers ont été recueillies à l’aide d’un kit de prélèvement fixé sur leur aspirateur. Les échantillons ont été analysés par le laboratoire Kuduzu Science, spécialisé dans le Home Testing. Résultat : en moyenne 20 pesticides par habitation ont été détectés dans la poussière des habitations testées dont près de 12 sont des perturbateurs endocriniens suspectés. Ce sont chez les riverains entourés de vignes que l’on en retrouve le plus devant ceux habitant près des vignes et des champs de céréales.

Pesticides : les enfants plus vulnérables

Parmi les produits, certains sont interdits depuis 2007 comme le diuron, présent dans plus de 90% des logements. L’ONG reconnaît que cette enquête n’a pas de valeur scientifique, néanmoins, elle confirme que les riverains d’exploitations agricoles sont continuellement exposés à un « bain de pesticides » dont l’effet cocktail n’est pas évalué sur la santé. Par ailleurs, elle rappelle que, si peu de données sont disponibles sur l’exposition chronique de la population à de faibles doses de polluants chimiques, de nombreuses études alertent sur les risques des perturbateurs endocriniens, notamment pour le foetus et les jeunes enfants.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Enquête de Générations Futures « Des riverains de zones cultivées exposées aux pesticides perturbateurs endocriniens chez eux, tout au long de l’année », 1er mars 2016