Les pesticides attaquent notre système hormonal

La France est le pays européen utilisant le plus de produits phytosanitaires par habitant. Or pesticides, herbicides, fongicides, provoquent des perturbations du système hormonal, démontrées chez les agriculteurs. De tels troubles endocriniens pourraient affecter la fertilité, le bon déroulement de la grossesse et être à l'origine de certains cancers.
Sommaire

Trop de pesticides en France

La France est un des pays qui utilise le plus de produits phytosanitaires (pesticides, herbicides, fongicides). Elle se situe au 3e rang mondial et au premier en Europe. Cette pratique est condamnable car 25 à 40% de ces substances sont ensuite retrouvées dans l'atmosphère, mais aussi dans les eaux de pluie, de surface ou souterraines.

Pesticides : les agriculteurs sont en première ligne

Les agriculteurs étant les premiers exposés, de nombreuses études épidémiologiques ont déjà montré une relation entre l'exposition aux pesticides et les troubles du développement. Aujourd'hui, ces perturbations sont attribuées à un dysfonctionnement du système hormonal.

En effet, par rapport à la population générale, les agriculteurs sont plus fréquemment atteints de maladies impliquant le système hormonal. C'est le cas des troubles de la thyroïde et du cancer de la prostate, semble-t-il.

Inversement, la fréquence du cancer du sein dans la population agricole est plus faible. Mais les chercheurs attribuent cette constatation à une activité physique plus importante et à une moindre exposition aux facteurs de risque chez les femmes travaillant dans le milieu agricole.

A noter cependant que la mortalité par cancer du sein est plus importante dans les aires de culture de pommes de terre, ce qui s'explique sans doute par l'emploi d'exfoliants.

> Remportez un chèque cadeau de 500€ et offrez-vous un vélo électrique en participant au jeu concours de La Banque Postale

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : 26e Journées françaises d'endocrinologie clinique, nutrition et métabolisme, Paris, décembre 2006.