Régime méditerranéen

Le régime méditerranéen a un effet particulièrement positif sur l'incidence des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et du diabète. En quoi consiste-t-il ?
Publicité

Régime crétois et régime méditerranéen

Par le biais de différentes études, dont certaines démarrées dans les années 60, on s'est aperçu que les populations du bassin méditerranéen avaient une consommation de graisses aussi importantes que dans les pays du nord de l'Europe et étaient néanmoins beaucoup moins victimes de la maladie cardio-vasculaire et de certains cancers. Ce fut la Crête qui alerta en premier, alors le taux de mortalité par maladie cardio-vasculaire était inférieur de 95% à celui des Etats-Unis et de 96% à celui de la Finlande, pays le plus exposé.

Ce qui explique que l'on a longtemps parlé de régime crétois avant que le régime méditerranéen prenne le pas.

L'alimentation méditerranéenne

Que mangent donc, depuis des siècles, les habitants des pays du bassin méditerranéen ? Ce qu'ils produisent. Des fruits et des légumes, (fibres, vitamines, carotènes et sels minéraux apportant des antioxydants), du pain et des légumes secs (glucides et fibres), peu de viandes (donc peu d'acides gras saturés) mais des volailles et surtout du poisson (donc des Omega 3 "anti" mauvais cholestérol).

Ils cuisinent à l'huile d'olive (acide linoléique protecteur) et ils boivent du vin (polyphénols et tanins protecteurs).

On s'est longtemps demandé ce qui, dans tous ces aliments, avait cet effet particulièrement bénéfique. L'huile d'olive ? Le vin ? Jusqu'à ce que l'on conclut que ce n'était pas un élément de cette alimentation qui était protecteur, mais l'ensemble de tous.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Vendredi 29 Juin 2001 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 26 Juin 2014 : 16h13
PUB
PUB