Les zones les plus érogènes chez l’homme
Publié le 13 Février 2018 à 16h09 par Manon Anger, journaliste santé

Qu’est-ce qu’une zone érogène ?

Avant de découvrir les zones érogènes masculines et savoir comment les stimuler pour donner un maximum de plaisir à son partenaire, il faut savoir qu’il y a deux types de zones :

  • La première zone érogène et sûrement celle que nous connaissons toutes correspond à la zone primaire. Cette zone comprend les organes génitaux dont la stimulation peut mener à l’orgasme.
  • La zone secondaire qui se concentre sur tout le reste du corps et amène l’envie, le désir de sexe et la sensualité lors de préliminaires ou pour faire comprendre subtilement à votre homme que vous avez envie de lui.

Il ne faut alors pas se contenter de toucher, lécher, caresser, mordiller ou encore effleurer ces zones, comme l ’explique le sexothérapeute Jean-Luc Boyer mais "ne pas hésiter à utiliser tous les sens de votre homme à commencer par l’ouïe en chuchotant son prénom à l’oreille par exemple". Le plus important étant "de le faire en posant une intention en se disant que vous avez l’intention de lui faire du bien et de poser le geste en fonction de cela" souligne notre interlocuteur.

Pénis, testicules : des zones très innervées

Parmi les zones primaires du plaisir masculin on retrouve évidemment, la plus importante : le pénis.

Il faut savoir que " le pénis est une zone particulièrement sensible contenant de multiple récepteurs et vaisseaux sanguins” détaille Jean-Luc Boyer. De plus, la peau y est extrêmement fine ce qui apporte comme vous pouvez l’imaginer beaucoup de plaisir.

Pour le stimuler : caresses, massage, effleurement, varier les sensations. Notez de plus que "certains hommes aiment que leur pénis soit traité avec une petite pression plutôt que trop de douceur donc mordiller est possible tout comme appliquer une pression avec les mains ou la bouche".

Autre zone très érogène parfois oubliée par les femmesles testicules. "La peau qui recouvre les bourses est très fine, innervée et surtout élastique ce qui provoque beaucoup de sensation au toucher" explique le sexologue.

Pour les stimuler : vous pouvez les caresser ou encore “les masser par petites pressions très légères mais également pincer légèrement entre la peau entre le pouce et l’index, sans trop appuyer bien évidemment” détaille Jean-Luc Boyer. N’hésitez plus à jouer avec pour donner du plaisir à votre compagnon.

Pubis : une zone importante durant les préliminaires

Le pubis est aussi une zone fantasmatique chez l’homme, du moins pour certains. Autant donc essayez avec le vôtre et regardez-le pour voir s'il apprécie ou non : "Cette zone sert à faire monter le désir pendant les préliminaires et sa stimulation ne doit pas durer trop longtemps au risque de générer de la frustration" précise le spécialiste.

Pour le stimuler : Vous voyez quand on vous masse le cuir chevelu ? Pour le sexologue, la stimulation du pubis est similaire. "Il faut utiliser la paume de la main ou le bout des doigts et exercer des petites pressions pour que ça donne la sensation d’un massage qui fait monter doucement le plaisir." 

Le gland : ils n'aiment pas tous

Ce n'est pas parce qu'il se situe au  niveau du pénis que le gland doit être manipulé avec force. Au contraire ! "Certains hommes n’aiment pas qu’on la stimule. Il contient entre 4000 et 6000 terminaisons nerveuses, il est quasi comme le clitoris de la femme" précise Jean-Luc Boyer. C"est une muqueuse très sensible donc il faut y aller avec délicatesse.

Pour bien le stimuler : "Tout d’abord il faut penser à se lubrifier les doigts pour ne pas irriter la zone et ensuite effectuer un massage par rotation en commençant par la couronne du gland".

Les fesses : une zone qui "se libère"

Caresser les fesses d'un homme est source de plaisir. À condition que le vôtre soit libéré. Comme l'explique le sexologue, si "l'endroit est très sensible grâce aux nombreux nerfs présents mais également parce que les fesses sont très musculaires donc sous tension, tous les hommes n’aiment pas". Heureusement  "l'habitude se libère peu à peu" et de plus en plus d'hommes se laissent aller à de telles stimulations.

Comment stimuler les fesses ? Rien de plus simple. Il faut "les pétrir et les saisir mais également faire des caresses du bout des doigts et alterner avec un massage plus musculaire pour plus de plaisir" définit Jean-Luc Boyer. 

Le périnée : LA zone à découvrir

Le périnée fait son entrée mais attention cette fois il vaut mieux en parler avant de la stimuler. Pour cause, cette zone extrêmement sensible est située entre l’anus et le scrotum ce qui peut déranger l'homme qui peut y voir une atteinte à sa masculinité. "C’est une zone graisseuse sur un os qui titille la prostate" explique le professionnel.

Si votre homme le souhaite, vous pouvez stimuler cette zone en pratiquant "une fellation, en massant comme pour un massage musculaire cette zone ou encore en la titillant avec la langue” confie Jean-Luc Boyer.

L'anus : érogène mais encore tabou

"De plus en plus d’hommes acceptent de découvrir cette partie de leur plaisir mais il faut impérativement en parler avec lui avant et ne pas prendre la décision seule puisqu’elle pourrait être mal interprétée" conseille le sexologue.

Si votre homme accepte, pour bien stimuler cette zone : "Masser les fesses et passer les mains vers l’intérieur des cuisses en glissant doucement vers l’anus. Pas la peine d’y introduire vos doigts pour que le plaisir vienne et après être arrivé à l’anus repartir du bas vers le haut pour stimuler le périnée en même temps." Il est aussi conseillé de bien lubrifier les doigts avant de commencer à caresser cette zone sensible.

Les oreilles : ils adorent !

Zone érogène secondaire, les oreilles ne doivent pas être négligées. Sensibles que d’autres. "Il ne faut pas hésiter à venir stimuler cette zone qui fera monter l’envie et le désir chez l’homme" confirme le spécialiste.

Vous pouvez commencer par "chuchoter le prénom de votre partenaire à l’oreille". "Grâce au souffle et l’ouïe, le plaisir montera. Vous pouvez également masser, embrasser ou mordiller le lobe de l’oreille” analyse Jean-Luc Boyer.

Le cou et la nuque : succions, morsures au programme 

Le cou et la nuque sont "très sensibles autant chez l’homme que chez la femme" explique le sexologue.

Pour stimuler cette zone vous avez l’embarra du choix. "Vous pouvez effectuer de petites caresses mais également succions, morsures, pincements sans oublier le souffle puisque cette zone est très sensible". Pour les plus téméraires, vous pouvez également mordiller la nuque de l’autre.

Les aisselles : ne les oubliez pas !

Passons maintenant à une zone qu’on considère peu glamour d’habitude : les aisselles. Oui oui, vous avez bien lu, les aisselles. Comme le souligne Jean-Luc Boyer : "C'est une zone très sensible avec une peau très fine. De plus l’idée de poils et d’odeur est très érogène pour l’homme même si c’est un sujet qui prête à discussion."

Stimuler cette zone n’est pas nécessairement facile, surtout si votre homme revient d’une journée au bureau pendant la canicule ou encore s'il rentre du sport mais après une bonne douche ou au réveil le matin, vous pouvez caresser, embrasser voire même lécher cette zone. Attention juste "à ne pas tomber dans les chatouilles qui auront l’effet inverse que celui que vous recherchez puisque cela va casser le côté ‘sensuel’ de l’action" souligne notre interlocuteur.

Les mamelons : stimuler avec des mordillements

Occupons-nous des mamelons désormais qui sont très innervés tout comme ceux des femmes d’ailleurs. Jean-Luc Boyer rappelle que “tous les hommes n’aiment pas ça". "Comme pour tout il faut discuter et essayer mais aussi guetter sa réaction."

Pour bien faire : Il faut "stimuler cette zone avec des mordillements, des petits pincements du bout des ongles mais aussi des caresses pour apporter du plaisir”. Une astuce, les changements de température entre un glaçon et la bouche pour décupler les sensations, explique le sexologue.

Dos, torse et thorax : à bien stimuler

Le dos, le torse et le thorax sont "des zones très musclées qui contiennent beaucoup de tensions ce qui peut en faire une zone érogène pour l’homme si elle est stimulée".

Stimuler cette zone est assez simple, d’ailleurs vous le faites sûrement sans même le savoir via les massages. Comme le rappelle Jean-Luc Boyer : "Il faut englober la zone et même venir l’envelopper de vos mains pour mobiliser chaque partie et apporter une pression qui va procurer à votre partenaire du plaisir."

Pensez aux plis, des zones très fines

Finissons par l’intérieur des cuisses et le pli des coudes, poignets et genoux. "L’ensemble des plis du corps possèdent une peau très fine qui est donc particulièrement sensible et potentiellement érogène" explique Jean-Luc Boyer.

La stimulation de ces zones se fait grâce à des massages mais également des caresses. De plus "vous pouvez partir des hanches et revenir sur l’intérieur des cuisses avant de descendre jusqu’aux plis des genoux" et ensuite revenir sur le pli des coudes et des poignets.

Le chemin à suivre : de la tête vers le bas du corps

Le sexothérapeute livre le chemin à suivre pour bien stimuler votre partenaire.

Déjà il ne faut pas oublier de faire appel à tous les sens du corps humain. Stimuler les oreilles s’adresse directement à l’ouïe, les aisselles à l’odorat, il y a également le toucher, le goût et la vue puisque votre partenaire vous verra faire.

Pour un chemin simple "partez de la tête jusqu’au bas du corps" recommande Jean-Luc Boyer.

Vous commencerez par murmurer le prénom de votre partenaire. Ensuite "vous longerez le dos avec les ongles, engloberez ses fesses, puis ses cuisses, en remontant et descendant jusqu’aux pieds avant de vous concentrer sur la zone primaire". Il précise également qu’il faut alterner les zones et une fois sur la zone primaire rien n’empêche de passer sur une secondaire avant de revenir à une primaire. Mesdames, vous voilà désormais parfaitement armées pour donner une nuit de plaisir entière à votre partenaire.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.