Les femmes fontaines, un orgasme au plaisir profond…

© Adobe Stock

Une femme fontaine, c’est un terme poétique pour une réalité de plaisir important, mais une réalité pas toujours facile à assumer pendant l’amour…

PUB

Être femme fontaine, ça peut être gênant

Une femme fontaine expulse du liquide au moment de l’orgasme. On qualifie parfois ce phénomène d’éjaculation féminine. Et justement, pour le couple, c’est parfois concrètement difficile : « Ma femme est très gênée, elle place toujours une serviette sur le drap quand on fait l’amour » explique Yves. « Car quand ce phénomène se produit, elle arrose carrément le lit. Parfois, la serviette ne suffit pas, on doit changer les draps… Pourtant, moi, ça ne me gêne pas, car je sais que c’est un signe de grand plaisir. Mais elle a tendance à se sentir honteuse. »

PUB
PUB

Être femme fontaine, c’est donc à la fois devoir faire face à une réalité concrète à gérer, et pourtant bénéficier d’une réaction sexuelle intense source de grande jouissance.

Comment se présente ce fluide des femmes fontaines ?

Au moment de l’orgasme, qui entraîne chez la femme des contractions involontaires de la zone génitale, du liquide est expulsé en saccades. Ce liquide ne provient pas du vagin ; il sort de l’urètre, donc du même orifice que l’urine. Pourtant, c’est un liquide transparent, qui n’a pas la même odeur que l’urine. Il peut être expulsé en petites quantités, ou parfois en quantités vraiment importantes, formant un véritable jet.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 29 Avril 2013 : 10h00
Mis à jour le Lundi 29 Avril 2013 : 18h52
Source : Kilchevsky, A., Vardi, Y., Lowenstein, L. and Gruenwald, I. (2012), Is the Female G-Spot Truly a Distinct Anatomic Entity?. Journal of Sexual Medicine, 9: 719–726. 
Jannini, E. A., Whipple, B., Kingsberg, S. A., Buisson, O., Foldès, P. and Vardi, Y. (2010), Who's Afraid of the G-spot?. Journal of Sexual Medicine, 7: 25–34. 
Cartwright, R., Elvy, S. and Cardozo, L. (2007), ORIGINAL RESEARCH—women’s sexual health: Do Women with Female Ejaculation Have Detrusor Overactivity?. Journal of Sexual Medicine, 4: 1655–1658.
La rédaction vous recommande sur Amazon :