Fatigue, déprime, surpoids... et si c'était une carence en iode ?
Sommaire

Les aliments pour faire le plein d'iode ?

L'iode ne se trouve que très rarement dans la terre. Quand il y en a, il est lessivé par les pluies, rejoint les rivières, les fleuves et la mer. Peu nombreux sont donc les aliments terriens qui en contiennent. Mais les éleveurs étant autorisés à ajouter un peu d'iode dans l'alimentation de leurs animaux pour lutter contre les infections, on retrouve cet iode dans les viandes (3 à 9 microgrammes pour 100 g), le lait (3,5 microgrammes) et bien sûr les fromages (30 à 20 microgrammes).

Ce sont surtout les produits marins qui nous apportent ce précieux iode dont nous avons tant besoin avec d'abord les poissons (250 à 80 microgrammes) puis aussi les crustacés et coquillages (92 microgrammes en moyenne dans les fruits de mer). Enfin, les algues sont particulièrement riches en iode et quand elles sont sèches elles peuvent en contenir jusqu'à 75 000 microgrammes. Déjà, il y a plus de 4000 ans, les Chinois traitaient les goitres avec les algues !

Le sel de table quand il est iodé (enrichi en iode) en contient 1860 microgrammes pour 100 g, soit 1,8 microgrammes pour une pincée de 1 gramme. Cet enrichissement a été mis en place en 1952 justement pour lutter contre la carence en iode (à l'origine du goitre et du crétinisme) qui était alors endémique dans toutes les régions montagneuses (d'où l'expression "Crétin des Alpes"). Les autres sels n'en contiennent pas ou très peu. Le sel iodé étant employé en grande majorité par l'industrie alimentaire, la plupart de leurs produits, dont le pain, contiennent pour cela un peu d'iode.

L'iode : quand risque-t-on d'en manquer ?

La carence en iode frappe, selon la FAO, le quart de la population mondiale, essentiellement les personnes qui vivent dans les régions montagneuses de l'Amérique du sud, de l'Asie, de l'Afrique. Elle régresse peu à peu, heureusement, avec la mise en place de sel iodé tant pour l'alimentation humaine qu'animale grâce aux actions conjuguées de l'OMS et de l'UNICEF.

Vous risquez de manquer d'iode si vous ne consommez jamais ou très rarement de produits marins (par goût ou pour cause d'allergie) et si vous n'employez pas de sel de table iodé soit parce que vous préférez la fleur de sel, soit parce que vous êtes au régime sans sel.

Si votre alimentation est très riche en aliments dits goitrogènes, vous augmentez également le risque de carences en iode. Ce sont tous ceux de la famille des crucifères (tous les choux y compris le brocoli, les rutabagas, les radis, les navets, etc.). Ils contiennent des molécules, appelées thiocyanates, qui activent l'excrétion de l'iode dans les urines, les empêchant ainsi d'arriver à leur bonne destination, la thyroïde. Certains produits chimiques, hélas trop présents dans l'alimentation, comme les nitrates et les perchlorates qui polluent parfois les nappes phréatiques, sont aussi goîtrogènes.

 

Enfin, si de surcroît, vous êtes fumeur, vous augmentez encore le risque de manquer d'iode car le tabac freine son absorption.

Si vous n'avez pas vraiment la conscience tranquille côté iode, si vous vous sentez vraiment flagada, rien ne vous empêche de vérifier, lors de votre prochain bilan sanguin, les taux de T3, T4 et TSH, si jamais votre médecin ne le note pas systématiquement sur son ordonnance.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : www.fao.org - www.who.int - www-dsv.cea.fr/institutes/unite-protection-sanitaire-contre-les-rayonnements-ionisants-et-toxiques-nucleaires-prositon/radiobio-tox/iode.