Sleeve, gastrectomie : réduire le volume de l'estomac contre l'obésité

Le traitement chirurgical de l’obésité est une opportunité thérapeutique majeure depuis qu’il a été démontré qu’en faisant maigrir de manière importante ceux qui en bénéficiaient, il les protégeait contre de nombreuses complications de l’obésité comme le diabète, l’hypertension ou les apnées du sommeil. Il existe des techniques qui réduisent le volume de l’estomac et d’autres qui le shuntent. La technique de la sleeve est intermédiaire entre les deux.
© Fotolia

Chirurgie de l'obésité : pourquoi et quand décide-t-on d'opérer ?

En cas d'obésité, la décision d'effectuer un traitement chirurgical est basée sur 4 éléments indispensables :

  • Un indice de masse corporelle de plus de 40 ou bien de plus de 35 avec des complications de l’obésité susceptibles d’être améliorées par l’intervention.
  • L’échec des approches non interventionnelles.
  • Une forte volonté de perdre du poids.
  • Et un avis favorable d'un psychologue, d'une diététicienne et d'un endocrinologue.

Chirurgie de l'obésité et techniques employées : réduire l’estomac ou le shunter

Une fois l’indication chirurgicale bien établie, la réflexion sur le choix de la technique opératoire a toute sa place.

Globalement, il y a deux types de techniques chirurgicales contre l'obésité :

  • Les techniques qui réduisent le volume de l’estomac et donc du bol alimentaire,
  • Les techniques qui shuntent l’estomac et donc modifient la digestion.

La technique la plus utilisée est celle de l’anneau gastrique car elle est plus simple et surtout réversible.

Elle consiste à réduire le volume de l’estomac en créant deux poches qui ralentissent la progression des aliments et la capacité gastrique.

Les repas doivent alors être plus légers ou fragmentés.

En quoi consiste la technique de la sleeve-gastrectomie ?

La technique de la sleeve (manche en anglais) ou manchon est une chirurgie intermédiaire car elle permet de diminuer le volume de l’estomac.

Elle permet éventuellement (aussi), dans un deuxième temps, en cas de reprise de poids ou de perte de poids insuffisante, d’envisager une technique de shunt ou de dérivation.

Cette technique de la sleeve consiste à enlever définitivement les 2/3 de l’estomac, tout en emportant les cellules gastriques qui sécrètent la ghréline, une substance qui stimule l’appétit.

Concrètement, on laisse un estomac résiduel d’un volume de 100 ml environ, en forme de manche grâce à un agrafage sur toute sa hauteur, de manière à établir une continuité entre l’œsophage d’un côté et le pylore (ou début de l’intestin) de l’autre.

La sleeve ou gastrectomie a de plus l’avantage de pouvoir être réalisée sous cœlioscopie, avec une caméra et de petits instruments, ce qui permet d’opérer à travers de petites incisions de la paroi abdominale.

Grâce à la seule sleeve, les patients perdent en général 45 à 65 % de l’excès de poids après deux ans.

Si cela s’avère insuffisant, une deuxième opération peut alors être envisagée en faisant appel à une technique de by-pass (ou shunt).

En effet, l’estomac ayant la forme d’un tube après l’opération de la sleeve, il peut être envisagé dans ce deuxième temps opératoire de raccorder le haut du tube à un autre endroit plus bas, établissant ainsi un shunt de l’estomac lui-même, avec une opération moins invalidante que lorsqu’elle se fait en un seul temps opératoire.

A savoir sur la sleeve

La technique faisant appel à la cœlioscopie, avec une petite ouverture, elle permet une récupération rapide. Le temps moyen d'hospitalisation est ainsi de 4 jours.

Au deuxième jour, on vérifie grâce à une imagerie médicale que le « nouvel » estomac fonctionne bien, qu’il n’y a pas de fuite ou de complication. L’alimentation est ensuite autorisée progressivement.

Comme avec toute chirurgie de l’obésité, il existe des risques de complications à considérer : ulcères, hémorragies postopératoires précoces, carences nutritionnelles, reflux gastro-œsophagien, inflammation de l’œsophage, dilatation de l’estomac.

La clé de la réussite de l’intervention reste le suivi diététique, de manière à perdre du poids par réduction des apports.

L’estomac étant réduit de volume, les patients ne peuvent manger que des volumes de 100 à 150 ml, soit l’équivalent d’un pot de yaourt. L’opération aide à respecter cette réduction de prise alimentaire à chaque repas.

Enfin, la reprise de l’activité physique fait partie du programme.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : www.gastroplastie.cc
La rédaction vous recommande sur Amazon :