Faire le ménage réduit vos risques de mort précoce de moitié

Passer l'aspirateur ou passer la serpillière sont loin d'être des activités amusantes. Pourtant récurer votre maison serait bon pour notre santé ! Des scientifiques norvégiens assurent que faire le ménage réduit de moitié les risques de mort précoce.
© Istock

Voilà un bon moyen de se motiver pour passer le balai, faire la vaisselle ou encore laver les vitres ! Des chercheurs de l’école norvégienne des sciences du sport d'Oslo assure que faire le ménage nous éloigne du cimetière.

En effet, l'équipe scientifique a révélé que 5 minutes d'activité modérée par jour diminuent les risques de mourir dans les 6 années à venir. Et justement, selon elle, passer l'aspirateur ou la serpillière rentre dans la catégorie "activité modérée".

En revanche, si vous faites la vaisselle ou si vous cuisinez... il faudra faire preuve de plus d'endurance et de détermination. En effet, il s'agit ici d'efforts physiques de faible intensité. Il faut alors une heure pour véritablement repousser la mort.

Des risques réduits de moitié

Les scientifiques sont parvenus à ces conclusions après avoir analysé les données de 8 études différentes représentant au total plus de 36 000 adultes d'au moins 40 ans.

Les participants devaient porter un appareil mesurant leurs mouvements quotidiens. Ils ont été ensuite distingués et étudiés en fonction de leur dynamisme. Ils ont été suivis pendant près de 6 ans.

Les chercheurs, dirigés par le professeur Ulf Ekelund de l’école norvégienne des sciences du sport d'Oslo, ont dans un premier temps découvert que tous les niveaux d'activités physiques avaient un lien avec la réduction des risques de décès quelle que soit la cause.

Ainsi, les personnes qui faisaient entre 60 minutes d'activité de faible intensité et 5 minutes d'activité modérée ont vu leur chance de mourir dans les 6 ans diminuer de 52%.

Les plus sportifs sont plus protégés

Et pas de surprise.... les personnes enregistrant la plus forte baisse des risques de décès étaient les plus actives. En effet, les participants qui faisaient des exercices intenses - environ 24 minutes par jour, comme du jogging ou du vélo - repoussaient leur fin de 73%.

Par ailleurs, le risque de mort prématurée était 5 fois plus haut pour les personnes inactives que les plus sportives.

Les chercheurs ont également confirmé les conclusions de précédentes études : rester assis n'est pas bon pour la santé. Ainsi, être sédentaire plus de 9,5 heures par jour (sans compter le temps de sommeil) est associé à un danger plus important de mourir.

Le Dr Charlotte Edwardson de l'Université de Leicester et co-auteur de la recherche a expliqué que son travail montrait que "l'activité physique, quelque soit son niveau d'intensité, réduit le risque de décès". Elle a ajouté "Ces résultats renforcent le dicton : Faire quelque chose, c'est mieux que de ne rien faire".

Elle a conclu ensuite "si vous n'atteignez pas les niveaux recommandés des activités physiques d'intensité modérée, faites plus d'activités d'intensité faible. Par exemple, bricolez plus au bureau ou à la maison et restez plus debout. Cela sera bénéfique".

Activité physique : les recommandations de l'OMS

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux adultes âgés de 18 à 64 ans de pratiquer au cours de la semaine :

  • au moins 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ;
  • ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue ;
  • ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.

De plus, il est préférable que les exercices d’endurance soient pratiqués par périodes d’au moins 10 minutes.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.