Une femme décède d'une infection bactérienne après avoir fait un lavage de nez

© Istock

Une femme a trouvé la mort après avoir rincé son nez avec de l'eau du robinet à l'aide d'un pot neti. Des amibes, des micro-organismes présents dans l'eau qu'elle a utilisé, sont entrés dans sa cavité nasale puis ont atteint son cerveau où elles ont dévoré les cellules.

PUB

Une femme de 69 ans est décédé à Seattle après avoir effectué un lavage nasal. En janvier 2018, elle est arrivée à l'hôpital du Swedish Medical Center à la suite d'une attaque cérébrale. Les médecins lui ont fait un scanner du cerveau pour en déterminer la cause : ils ont d'abord pensé à une tumeur et ont donc planifié une chirurgie. Mais pendant l'opération, ses médecins ont été stupéfaits. Des micro-organismes appelés amibes lui avaient dévoré des cellules cérébrales, rapporte le Seattle Times le 6 décembre 2018.

"Une partie de son cerveau de la taille d'une balle de golf était pleine de sang"

Lors de l'opération chirurgicale, les médecins ont examiné des tissus prélevés dans son cerveau et ont découvert que la patiente était confrontée à une attaque d'amibes qui durait depuis environ un an. Ces micro-organismes dévoraient ses cellules cérébrales. Le docteur Charles Cobbs, neurochirurigen qui a participé à l'opération explique lors d'une interview téléphonique au quotidien américain : "quand j'ai opéré cette dame, une partie de son cerveau de la taille d'une balle de golf était pleine de sang. Il y avait des amibes partout qui mangeaient des cellules du cerveau."

PUB
PUB

Un lavage des cavités nasales en cause

Un mois avant l'opération, cette femme de Seattle a utilisé un pot neti afin de nettoyer ses fosses nasales. Les pots neti, produits en forme de théière utilisés pour rincer les sinus et la cavité nasale, doivent êtres remplis avec de l'eau saline ou stérile. Du spray d'eau de mer vendu en pharmacie peut également être utilisé.

Cependant, la femme décédée avait utilisé de l'eau du robinet, ce qui aurait causé l'injection dans sa cavité nasale de rares micro-organismes, appelés amibes

L'amibe dévoreuse de cerveau provoque la mort dans 95% des cas

L'infection de la femme est la deuxième signalée à Seattle. La première a eu lieu en 2013, mais n'avait alors pas entraîné de décès. 

Certains médecins craignent que ce type d'infection se propage des régions chaudes vers les régions froides d'Amérique du Nord notamment à cause du réchauffement des températures car ce type d'amibes prospère dans des eaux et sols chauds.

L'infection de la femme est la première à être liée à un lavage nasal inapproprié. Bien que le risque d'infection cérébrale soit extrêmement faible, "les personnes qui utilisent des pots neti ou d'autres dispositifs peuvent presque éliminer tout risque en suivant les instructions imprimées sur les dispositifs, et en utilisant uniquement de l'eau saline ou stérilisée", explique le Docteur Cynthia Maree, médecin spécialiste des maladies infectieuses qui a co-écrit l'étude de cas rapportant cette affaire dans l'International Journal of Infectious Diseases.

Les amibes peuvent se trouver dans les sources d'eau douce comme les puits, mais ne sont pas présentes dans les eaux traitées en ville. Les chercheurs n'ont pas pu tester l'eau du robinet de la femme, mais le docteur Cobb rassure : s'il existe un danger à utiliser cette eau pour un lavage du nez, on ne risque pas d'infection à boire une eau contaminée par des amibes.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés