Activité physique : comment se motiver ?

© Istock

Faire du sport c’est bon pour nous ! Tout le monde le sait. Mais pourquoi est-il si difficile de s’y mettre… et plus dur encore de s’y tenir ? Nous avons posé la question à Jennifer Foucart, docteur en psychologie et spécialiste de la motivation.

PUB

La motivation doit venir de l’intérieur

La clé, dit Jennifer Foucart, docteur en psychologie qui forme des licenciés en sport et en prévention santé, est distinguer motivation intrinsèque et motivation extrinsèque. Ça ne vous dit rien ? C’est pourtant très simple quand elle l’explique. « La motivation extrinsèque est liée à l’envie d’atteindre un but associé, qui est une récompense pour l’activité physique : perdre du poids, être en bonne santé, avoir une silhouette plus attirante… Le problème de cette motivation qui vient de l’extérieur, c’est qu’elle s’éteint très vite. Alors que les buts ne peuvent être atteints que sur le long terme. On risque donc de laisser tomber en cours de route. » La motivation intrinsèque, elle, est liée à l’activité physique elle-même. C’est le plaisir apporté par la pratique : la vitesse de la course, le mouvement de la danse, l’enthousiasme de la victoire, le bonheur de se voir progresser et devenir un expert… Si l’on réussit à débloquer cette motivation, pas besoin d’essayer de se bouger pour chaque séance de sport : on mourra d’envie d’y aller !

PUB
PUB

Comment trouver le plaisir dans l’activité physique ?

Tout le monde comprend que bouger est un plaisir immense. Notre corps en a besoin, il est fait pour ça. Alors pourquoi l’activité physique reste-t-elle pour beaucoup une corvée ? « Pour que le sport soit un plaisir, il faut commencer par des choses qui sont accessibles, où l’on se sent compétent et valorisé, répond Jennifer Foucart. C’est ce qui permet de développer la motivation intrinsèque. Ensuite, de petits défis vont développer le plaisir de progresser. »

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Jeudi 24 Mars 2016 : 14h52
Mis à jour le Jeudi 07 Avril 2016 : 16h00
Source : Jennifer Foucart, docteur en psychologie, chargée de cours à l’ULB en faculté des sciences de la motricité et directrice de recherche pour la Haute école libre de Bruxelles Ilya Prigogine.
La rédaction vous recommande sur Amazon :