Activité physique : qu'avez-vous à y gagner ?

A force d'annoncer de but en blanc que se bouger, c'est bon pour la santé et notamment pour prévenir la plupart des grandes maladies tout comme les petits maux du quotidien, on en oublie parfois les arguments. Voici donc une liste rappelant les multiples bienfaits de l'activité physique et sportive régulière.
PUB

Du lever au coucher, toutes les excuses sont bonnes pour bouger...

Dans l'activité physique, tout est bon et tout s'ajoute. C'est ainsi que le terme activité physique regroupe à la fois l'exercice physique de la vie quotidienne (à la maison, au travail, dans les transports), l'activité physique de loisirs et la pratique d'un sport. En cumulant le tout, on doit obtenir, au minimum, l'équivalent de 30 minutes de marche par jour. A vous de faire votre calcul et d'adapter vos efforts en conséquence pour aboutir à un bénéfice pour votre santé, et ils sont nombreux !

Le sport, c'est excellent pour la santé à tout niveau !

  • L'activité physique et sportive régulière est un déterminant majeur de l'état de santé à tous les âges de la vie.
  • Même d'intensité modérée, elle diminue la mortalité et augmente la qualité de vie.
  • Elle représente un facteur majeur de prévention des principales maladies chroniques : cancers, maladies cardiovasculaires, diabète.
  • Chez l'enfant et l'adolescent, elle permet d'assurer une croissance harmonieuse.
  • Elle prévient l'ostéoporose, notamment chez la femme.
  • Elle participe au maintien de l'autonomie des personnes âgées.
  • Elle aide au contrôle du poids corporel chez l'adulte et l'enfant.
  • Elle est associée à une amélioration de la santé mentale : anxiété, dépression
  • La reprise d'une activité physique régulière adaptée est un élément majeur du traitement des principales pathologies chroniques (maladies cardiaques, maladies des voies respiratoires, obésité, diabète de type 2, maladies neurologiques, rhumatismales et dégénératives.).Quant aux risques pour la santé de la pratique d'une activité physique, ils sont minimes par rapport aux bienfaits et minimisés si l'on respecte certaines précautions élémentaires, si l'on est bien encadré et si le suivi médical est adapté.
Publié le 05 Mai 2008
Auteurs : Dr Philippe Presles
Source : Dossier de presse de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), 1er avril 2008.