Homéopathie et grippe : Oscillococcinum

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 03 Février 2000 : 01h00
Mis à jour le Lundi 27 Juin 2016 : 17h12
-A +A
Oscillococcinum : un remède homéopathique hors norme contre la grippe. Son efficacité demeure mal évaluée après deux essais thérapeutiques.

Oscillococcinum : un cas à part en homéopathie

En 1919, au cours d'une sévère épidémie mondiale de grippe, le Docteur Joseph Roy, de Dijon, observe chez des malades un état qu'il qualifie d'oscillant, et un taux "oscillant " d'un microbe qu'il appelle donc oscillocoque.

Par la suite, il pense observer le même microbe dans diverses maladies virales (herpès, varicelle, zona) et aussi dans le sang de malades cancéreux. Il tente d'abord de soigner ces cancéreux par vaccinothérapie, à partir d'un extrait de son oscillococcinum. Mais l'état des malades s'aggrave et ils meurent.

Le Dr Roy cherche alors à prélever son oscillocoque sur des animaux, et il finit par le découvrir dans le foie du canard de Barbarie.

Oscillococcinum est donc finalement un extrait de foie et de cœur de canard de barbarie, à dilution infinitésimale : environ une part de produit de base pour 10400 (10 puissance 400, soit un 1 suivi de 400 zéros).

A cette dilution, il n'y a presque aucune chance pour qu'il persiste une seule molécule du produit de base dans une boîte de six doses d'Oscillococcinum, ce qui est une des origines de la polémique persistante autour de l'homéopathie.

Par ailleurs, Oscillococcinum n'a fait l'objet d'aucune « pathogénésie » (expérimentation chez le sujet sain). Son utilisation n'est pas fondée sur la loi de similitude, ni sur une individualisation du traitement, qui sont deux des bases de l'homéopathie. C'est donc une exception, décriée par certains homéopathes.

Oscillococcinum et grippe : deux essais cliniques contradictoires

Oscillococcinum fait partie des rares remèdes homéopathiques qui ont fait l'objet de deux essais cliniques comparatifs de relativement bonne qualité.

  • Le premier a eu lieu au cours de l'épidémie de grippe hivernale de 1986-1987, dans la région Rhône-Alpes.

Il s'agissait d'un essai comparatif dit "en double aveugle" contre placebo : après tirage au sort, les 487 patients grippés ont reçu, soit cinq doses d'oscillococcinum, soit cinq doses de granules de sucre. Au bout de 48 heures, 17% des patients traités par le médicament étaient guéris, contre 10% de ceux "traités" par placebo.

Les patients ayant reçu oscillococcinum ont également consommé moins d'autres médicaments (notamment contre la fièvre).

61% ont déclaré avoir reçu un traitement efficace, contre 49% dans l'autre groupe.

Cet essai a été critiqué parce qu'aucune étude n'a vérifié que les patients étaient bien atteints de la grippe, et non d'un autre virus. Si les causes de maladie n'ont pas été identiques dans les deux groupes, cela pourrait expliquer les différences observées.

  • Un autre essai comparatif de bonne qualité (en double aveugle contre placebo) a eu lieu ensuite en Italie.

A partir de septembre 1993, après tirage au sort, 1573 personnes ont reçu à titre préventif, soit de l'oscillococcinum, soit un placebo d'apparence et de goût identique, à raison d'une prise par semaine pendant 3 semaines, puis une prise un mois plus tard.

Il n'y a pas eu de différence significative entre les groupes pour le nombre de syndromes grippaux. Par contre, une différence significative a été observée pour les effets indésirables (douleur musculaire, écoulement et obstruction nasale, maux de tête), qui ont été plus fréquents dans le groupe ayant pris de l'oscillococcinum.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 03 Février 2000 : 01h00
Mis à jour le Lundi 27 Juin 2016 : 17h12
Source : Aulas J.-J. "Homéopathie - Etat actuel de l'évaluation clinique" Frison-Roche éd., Paris 1991, 250 pages. Sarembaud A. "L'homéopathie" PUF éd., coll. Que sais-je ?, Paris 1999, 127 pages. Abgrall J.-M. "Les charlatans de la santé" Payot éd., Paris 1998, 253 pages. Prescrire rédaction "Homéopathie - A la recherche de la démonstration d'une activité spécifique (suite)" Prescrire 1999 ; 19 (193) : 212-217. Reproduit dans "Homéopathie - Evaluation et pragmatisme" Compilation Prescrire - Octobre 1999 - 130 pages.
A lire aussi
Le prix des médicaments fait-il leur efficacité ? Publié le 30/01/2015 - 09h23

L’effet placebo n’est plus à démontrer et il est très puissant. C’est ainsi qu’il suffit parfois d’y croire ou d’un peu de potion magique pour guérir. Dans ce domaine, il semblerait que le prix des médicaments exerce lui aussi un effet placebo très intéressant : plus le prix...

Plus d'articles