Mal entendre fait vieillir le cerveau

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 20 Juillet 2009 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 10 Mars 2016 : 15h52
-A +A

Pourquoi est-il si important de traiter une audition défaillante ? Parce qu'à force de mal entendre, le cerveau en vient à s'organiser différemment, ce qui contribue à accélérer son vieillissement. Un appareillage précoce permet de renouer avec les bruits de notre environnement et de stopper les transformations cérébrales.

Baisse de l'audition : un vrai handicap

Sentiment d'infériorité, fatigue, repli sur soi, isolement, sont autant de facteurs qui entraînent le malentendant dans la dépression.

Quand on commence à souffrir d'un handicap auditif, toute la vie est bouleversée :

  • Des problèmes de communication apparaissent.
  • L'atmosphère familiale devient tendue.
  • Les amis se lassent et finissent par s'éloigner.
  • Les contacts avec les collègues se raréfient.
  • Une reconversion professionnelle s'impose parfois.
  • La vie culturelle et la vie sociale s'appauvrissent.

Pour répondre à tous ces changements, le malentendant modifie peu à peu son mode de vivre de façon considérable. L'impact psychologique est tel qu'une dépression est fréquente.

Si on ne fait rien, si on ne bénéficie d'aucun traitement ou appareillage, d'autres problèmes, moins évidents et moins connus, risquent d'apparaître.

En réponse à une baisse auditive, le cerveau s'adapte et se réorganise

Il faut savoir que l'audition joue un rôle important dans la stimulation du cerveau.

Lorsque l'on entend moins bien, le cerveau reçoit moins d'informations à traiter. Progressivement, il s'habitue à cette baisse d'activité.

Les conséquences sont les suivantes :

  • Le cerveau étant moins sollicité, il vieillit plus vite.
  • Les connections cérébrales se réorganisent, ce qui contribue à déformer l'univers sonore.

    Cette déformation accentue la difficulté à identifier les sons.

  • Nous perdons l'habitude de reconnaître les sons.

Pour toutes ces raisons, il est important de ne pas trop attendre pour se faire appareiller car plus le cerveau vieillit et plus il se réorganise, et plus l'adaptation et la reconnaissance des sons seront difficiles.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 20 Juillet 2009 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 10 Mars 2016 : 15h52
Source : Dr Patrick Aïdan, " A bon entendeur, le guide de l'audition, savoir traiter la surdité ", Editions Jacob-Duvernet.
A lire aussi
L'audition : un sens trop négligé Publié le 12/03/2007 - 00h00

La journée nationale de l'audition du 15 mars prochain rappelle que l'ouïe est un sens tout aussi précieux que la vue. Pourtant peu de Français font contrôler leur audition et très peu sont appareillés. Est-ce par manque d'information ? Qui consulter ? Comment se déroulent les tests ?...

Presbyacousie : comment vous dites ? Publié le 09/03/2009 - 00h00

Il existe aujourd'hui des solutions efficaces contre la presbyacousie, baisse auditive liée au vieillissement qui touche 6 millions de Francais. Pour en bénéficier, encore faut-il se faire dépister. Quels sont les différents types de prothèses auditives ? Quand et pourquoi faut-il...

Aides auditives, quoi de neuf ? Publié le 24/11/2011 - 10h03

En France, la surdité est un des handicaps les plus répandus. L’idée d’avoir une prothèse qui dénonce le handicap auditif est un énorme frein à l’appareillage. Dommage, les techniques ont énormément évolué et la surdité se fait, désormais, très discrète, voire invisible… De...

Plus d'articles