• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    22 avis
  • Commentaires (0)

Attention à l'allergie aux moustiques

Attention à l'allergie aux moustiques

Avec le chikungunya et la Dengue, on a beaucoup parlé des moustiques. Moins connue est l'allergie aux piqûres de ces insectes. Le Dr Etienne Bidat*, pneumopédiatre et allergologue, répond à nos questions.

e-sante : En dehors des grandes maladies tropicales (dengue, paludisme, chikungunya), le moustique peut-il entraîner d'autres pathologies ?

Dr Etienne Bidat : Il existe des allergies immédiates aux piqûres de moustiques, ces manifestations sont plus fréquentes dans les pays infestés de moustiques. Les réactions d'allergie immédiate sont le plus souvent de type « réaction locale étendue » avec une papule (lésion comme une piqûre d'ortie) qui peut atteindre 3 à 12 cm, pouvant persister plus de 24 heures. Au début, cette réaction est difficile à distinguer d'un phénomène purement histaminique lié à une réaction toxique normale. Cependant, le prurit (démangeaisons) est plus intense, volontiers récurrent et peut durer plusieurs jours. Un œdème peut accompagner la papule et parfois être très important, notamment si la piqûre siège sur le visage. De rares réactions anaphylactiques sont possibles.

Urticaire généralisé, allergies retardées...
Chez l'adulte, des urticaires généralisées ont été décrites, ainsi que des bronchospasmes et des chocs anaphylactiques. A côté de ces réactions d'allergie immédiate, il existe des réactions allergiques retardées. Les papules sont alors plus fermes, toujours très prurigineux (elles grattent), parfois hémorragiques, bulleuses ou nécrotiques. Ces réactions peuvent durer plusieurs jours, voire quelques semaines.

Prurigo
Chez l'enfant, un aspect de prurigo (éruption provoquant une vive démangeaison et de petites élevures rougeâtres surmontées de vésicules) est fréquent avec des lésions persistantes, souvent eczématisées ou surinfectées par grattage.

D'autres réactions ont été décrites, elles sont difficilement classables (réactions à type de phénomène d'Arthus, le syndrome de Skeeter). Des formes mixtes sont possibles : papule de type immédiat suivie d'une lésion chronique. Enfin, il est classique d'assister lors d'une nouvelle piqûre à une réactivation des points de piqûre anciens qui redeviennent prurigineux (qui grattent).

e-sante : Comment distinguer une réaction normale d'une réaction pathologique ?

Dr Etienne Bidat : La réaction normale après piqûre est localisée et d'ordre histaminique. Elle est liée à la libération de médiateurs vaso-actifs par un effet direct de certains composants de la salive du moustique, indépendamment de la présence d'anticorps allergiques. Un prurit est immédiatement ressenti, s'accompagnant d'une papule et d'un érythème tout à fait conformes à la triade de Lewis [prurit, érythème, papule]. La papule est habituellement de taille modérée et disparaît en quelques heures.

Mis à jour par Isabelle Eustache le 08/07/2013
Créé initialement par Isabelle Eustache le 13/03/2006

Sources : Feuillet-Dassonval C. et coll., Archives de pédiatrie, 13 : 93-9, 2006.

Cet article fait partie du dossier Peau : quand ça gratte et que ça démange

Trouvez-vous cet article intéressant ?