Le sel, un véritable danger pour notre santé !

La diminution de la teneur en sel dans l'alimentation doit être réduite de 20% en cinq ans. Ce sont les recommandations données par l'Afssa suite aux résultats exposés lors du congrès « Sel et santé » qui s'est déroulé à Paris les 11 et 12 janvier. Jusqu'à présent, une alimentation à faible teneur en sel n'était conseillée qu'aux personnes souffrant d'hypertension. Mais le congrès « Sel et santé » qui s'est tenu à Paris les 11 et 12 janvier à l'initiative de l'Afssa (L'Association Française pour la Sécurité Sanitaire des Aliments) et de l'Inserm vient de faire changer les choses. La trentaine de spécialistes mondiaux de l'hypertension et des maladies cardiovasculaires rassemblée à ce congrès s'est montrée unanime concernant les méfaits du sel sur l'ensemble de la population, quels que soient les âges.
Publicité

Les méfaits du sel

Un lien étroit a pu être établi entre une consommation excessive de sel et la santé.

  • Une alimentation trop riche en sel constitue un des facteurs de risque d’hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires.

    En effet, il existe un lien direct entre l'excès de sel dans l'alimentation et l'hypertension artérielle puisque les gènes qui contrôlent la pression artérielle sont aussi ceux qui régulent la réabsorption de sel au niveau des reins. Or les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de décès dans notre pays.

    Publicité
    Publicité
  • L’excès de sel est également reconnu pour favoriser le cancer de l’estomac.
  • Enfin, trop de sel augmente le risque d’ostéoporose.

    Sachant qu’un taux élevé de sel dans le sang augmente l’élimination de calcium dans les urines, au bout de plusieurs années, cela peut se traduire par une diminution de la densité minérale osseuse et une aggravation de l'ostéoporose.

Les Français consomment beaucoup trop de sel

Selon la dernière expertise de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), la consommation moyenne de sel des Français via les aliments est de 8,7 g / jour chez les hommes et de 6,7 g / jour chez les femmes. A ces apports provenant des aliments consommés, « il faut ajouter 1 à 2 grammes de sel par jour, dus au salage des plats et de l'eau de cuisson par le consommateur lui-même ».

C'est beaucoup trop et bien trop éloigné des recommandations de l’OMS qui préconise de ne pas dépasser 5 g de sel par jour.

A tel point que les autorités sanitaires ont été amenées à fixer l’objectif intermédiaire de 8 g par jour à échéance de 5 ans, soit une réduction de 20% (6,5 g / jour pour les femmes et les enfants) !

 
Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 28 Janvier 2002 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 03 Juillet 2014 : 14h28