Oignon : un légume médicament

L’oignon est considéré comme un « alicament », c’est-à-dire un aliment qui a le pouvoir d’un médicament. Vous l’employez le plus souvent comme aromate. Cuisinez-le comme légume afin que ses pouvoirs de médicament puissent s’exercer.

PUB

L’oignon, c’est quoi ?

L’oignon est certainement l’aromate de base le plus employé dans la cuisine du monde entier.

Il vient d’une plante potagère à bulbe, de la grande famille botanique des liliacées qui rassemble des fleurs (tulipe, jacinthe, muguet etc.) et des légumes : oignon, ail, échalote, poireau, asperge, ciboulette etc. Et dont il existe un grand nombre de variétés. Mais, quelle que soit celle-ci, le bulbe de l’oignon est toujours formé de feuilles blanches ou rosées, très charnues et juteuses. Il est délicatement enveloppé d’une fine peau, une pelure, blanche, jaune ou rouge, selon les variétés, et plus ou moins fine et sèche selon l’état de l’oignon : frais, demi-sec ou sec car il a le mérite de se conserver longtemps.

PUB
PUB

L’oignon, c’est aussi un concentré de saveurs, d’où son emploi quasi permanent comme aromate dans la cuisine

Mais l’oignon, c’est aussi un concentré de molécules protectrices, ce qui l’assimile à un médicament à condition d’en manger suffisamment. D’où l’importance de le cuisiner en légume à part entière.

L’oignon et votre cœur

  • L’oignon protège votre cœur et tout votre système cardiaque.

Tout d’abord, il fait diminuer l’agrégation de vos plaquettes.

Petit rappel : quand celles-ci sont obligées de s’agréger, ça fait un bouchon dans une artère et ça crée un infarctus, ce qui représente un risque grave pour la santé.

  • Ensuite, il a aussi le pouvoir de diminuer votre mauvais cholestérol et vos triglycérides sanguins qui se collent volontiers dans vos artères.

Plusieurs molécules contenues dans l’oignon s’unissent pour cette protection : des antioxydants (anthocyanine, flavonols et quercitine) et des composés sulfurés : ceux qui vous font pleurer quand vous l’épluchez.

Mots-clés : Oignon, Alicament, Medicament
Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Mercredi 11 Mai 2016 : 16h05
Mis à jour le Jeudi 12 Mai 2016 : 17h21
Source : - Galeone C, Pelucchi C, et al. Onion and garlic use and human cancer. Am J Clin Nutr 2006 November;84(5):1027-32.
- Griffiths G, Trueman L, et al. Onions--a global benefit to health. Phytother Res 2002 November;16(7):603-15.
- Hubbard GP, Wolffram S, et al. Ingestion of onion soup high in quercetin inhibits platelet aggregation and essential components of the collagen-stimulated platelet activation pathway in man: a pilot study. Br J Nutr 2006 September;96(3):482-8.
La rédaction vous recommande sur Amazon :