Les influenceuses sont mauvaises pour votre santé

Youtube, Instagram, Twitter... de nombreuses influenceuses partagent leurs "trucs et astuces" santé sur les réseaux sociaux. Mais être suivie et populaire est loin de garantir une information fiable. En effet, 8 sur 9 donnent de mauvais conseils nutritionnels ou fitness, selon une recherche britannique .
© Istock

Tous les conseils ne sont pas bons à prendre.... il est important de garder cela à l'esprit lorsqu'on navigue sur les réseaux sociaux... surtout si on est à la recherche d'une solution pour perdre du poids. 8 influenceuses diététiques ou fitness sur 9 donnent de mauvais conseils de régime à leurs followers, selon des chercheurs de l'université de Glasgow.

Les scientifiques sont parvenus à cette conclusion après avoir analysé les articles de 9 bloggeuses de Grande-Bretagne qui avaient plus de 80 000 abonnés sur au moins un de leurs comptes, un blog minceur et certifiés par deux réseaux sociaux.

Les chercheurs ont vérifié que les informations qu'elles avaient publiées étaient transparentes, impartiales, fiables sur le plan nutritionnel ou encore sourcées. De plus, la valeur nutritionnelle de leurs 10 dernières recettes mises en ligne a été analysée.

Il était considéré que les bloggeuses avaient "passé l'épreuve" si elles obtenaient au moins un score de 70%. Une seule de ces stars britanniques des réseaux sociaux sur les 9 analysées est parvenue à atteindre et dépasser ce seuil (83%)... et il s'agissait d'une nutritionniste diplômée.

Des conseils problématiques

Pour les 8 autres bloggeuses, leurs écrits montraient des failles importantes. 5 présentaient des opinions personnels comme des faits ou ne fournissaient pas de références factuelles. Par ailleurs, 5 influenceuses ne précisaient pas les mises en garde ou les contre-indications.

Si les chercheurs ne donnent pas l'identité des blogueuses passées à la loupe, ils ont indiqué qu'un médecin n'avait pas passé la "checklit". Toutefois, le bonnet d’âne revient à un influenceur sans aucune qualification qui n'a obtenu qu'une note de 25%.

Les recettes minceur publiées sont tout aussi problématiques. Aucune ne rencontrait les objectifs caloriques fournis par le Public Health England, agence britannique chargée de la protéger la santé de la population du Royaume-Uni.

Christina Sabbagh, l'auteure principale de l'étude, explique "nous avons constaté que la majorité des blogs ne pouvaient pas être considérés comme des sources crédibles d'informations sur la gestion du poids, car ils présentent souvent des opinions comme des faits et ne répondent pas aux critères nutritionnels du Royaume-Uni". Elle déplore ainsi "C'est potentiellement dangereux car ces blogs atteignent un public si vaste".

Lors du 26eme congrès européen sur l'obésité qui s'est tenu à Glasgow du 28 avril au 1er mai 2019, où l'étude était présentée, elle a proposé "Actuellement, il n'existe aucune norme pour évaluer la crédibilité des blogs d'influenceurs. Compte tenu de la popularité des médias sociaux, tous les influenceurs devraient tenus de suivre les critères scientifiques et médicaux s'ils donnent des conseils nutritionnels et diététiques en ligne".

Les nutritionnistes ne sont pas les seuls à s'inquiéter

Les diététiciens et les nutritionnistes ne sont pas les seuls à s'alarmer face aux "conseils" qui circulent sur les réseaux sociaux. Fin mars, une gynécologue américaine est partie en guerre contre les youtubeuses qui recommandaient aux femmes de placer de l'ail dans leur vagin pour soigner les mycoses. Un truc de grand-mère inefficace et même dangereux.

Il en est de même pour le persil dans le vagin "recommandé" pour les douleurs menstruelles, autre remède très courant des influenceuses.

Ainsi, pour avoir des conseils réfléchis et efficaces en matière de santé... le plus sûr reste de se tourner vers un professionnel.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.