Les aliments pour surmonter le syndrome pré-menstruel

Le syndrome pré-menstruel ou SPM, trois petites lettres si inoffensives qui peuvent pourtant nous faire vivre quelques journées très difficiles ou tout notre corps est perturbé. Et si en consommant certains aliments nous pourrions soulager et atténuer certains désagréments… C’est ce que nous vous proposons dans cet article.
© Adobe Stock

Le syndrome pré-menstruel (SPM) est un ensemble de bouleversements hormonaux qui s’opère avec l’arrivée des règles et qui peut avoir de nombreuses conséquences : maux de ventre, maux de tête, irritabilité, etc. En adoptant une alimentation saine et équilibrée, nous fournissons à notre cerveau tous les nutriments dont il a besoin pour fonctionner de manière optimale et c’est ce qui aidera à atténuer les symptômes du SPM.

De petits repas fréquents

Les jours qui concordent au SPM sont souvent des journées où nous aurons tendance à manger davantage. Pour éviter d’adopter d’un comportement de compulsion alimentaire, mieux vaut prendre 2 à 3 collations par jour et diminuer la taille des repas. De cette manière, les fringales seront évitées et les calories mieux réparties dans la journée.

Les nutriments sous la loupe

Le magnésium occupe une grande place dans l’équilibre hormonal entourant les symptômes liés au SPM. Il est donc important de couvrir ses besoins en magnésium durant cette période. Les aliments riches en magnésium sont les noix, les graines, les légumes, les céréales complètes, les légumes secs et le poisson.

Le fer est un autre nutriment à avoir à l’œil qui plus est si les pertes de sang sont abondantes durant les règles. Mieux vaut donc se préparer durant le SPM pour avoir un apport suffisant. On retrouve du fer dans la viande mais également dans les légumes secs, légumes, graines et noix.

Le calcium consommé selon les apports recommandés, joue également un rôle important sur la diminution des symptômes reliés au SPM. On trouve du calcium dans les produits laitiers mais également dans certains légumes et noix.

Les oméga-3 que l’on retrouve dans les poissons gras comme le saumon et le maquereau et également dans les graines de lin auraient quant à eux des effets apaisants sur les contractions de l’utérus responsables des douleurs menstruelles.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :