De l'ail dans le vagin : une très mauvaise idée

Publié le 26 Avril 2019 par Sophie Raffin, journaliste santé
Après plusieurs scandales autour de traitements ou dispositifs médicaux inefficaces voire néfastes, on est tenté de s'orienter vers des remèdes naturels pour se soigner. Toutefois, les trucs de grand-mère ne sont pas tous bons à suivre. Une gynécologue met en garde contre les dangers d’insérer des gousses d'ail dans le vagin pour traiter les mycoses génitales.
PUB
© Istock

Tout comme ce n'était pas une bonne idée de se mettre du persil ou encore les œufs vaginaux vendus par Gwyneth Paltrow dans le vagin, l'ail est tout aussi mauvais pour la santé intime des femmes. La gynécologue américaine Jennifer Gunter a utilisé son compte Twitter pour tirer le signal d'alarme contre cette pratique en vogue depuis l'apparition de nombreuses vidéos sur Youtube assurant que d'y insérer cette plante permet de soigner les mycoses et infections vaginales.

PUB

Dans sa série de tweets, la médecin - également auteur du livre The Vagina Bible - reconnaît que l'ail contient de l'allicine, un composé qui peut avoir des propriétés antifongiques. Toutefois, il ne peut être utilisé que dans le cadre d'un laboratoire "dans ce qu'on peut appeler, un plat de cellules. Et votre vagin n'est pas un plat", précise-t-elle.

PUB

Par ailleurs, ce composant ne se libère pas seul, il faut couper ou écraser l'ail. La docteur prévient celles qui seraient tentées de tester cette méthode "Du jus d'ail sur les parties intimes Aie !". Elle ajoute qu'il serait également difficile de récupérer la mixture par la suite... et le rendez-vous chez le gynécologue alors inévitable.

De possibles transmissions de bactéries

En plus de son inefficacité face aux mycoses, l'ail est dangereux pour le vagin. En effet, la plante peut contenir des bactéries provenant du sol. "Elles peuvent être pathogènes. C'est d'ailleurs pour cela que nous nettoyons les plaies". Par ailleurs, l'arrivée de ces dernières dans un environnement déjà affaibli pourrait entraîner une surinfection.

Jennifer Gunter précise que 50 à 70% des femmes qui se soignent par automédication pour des mycoses vaginales, ne sont pas atteintes de cette pathologie. Ainsi, la meilleure initative quand cela chatouille ou grattouille à cet endroit est... tout simplement d'aller voir son médecin.

Des objets encore plus insolites

En réalité, l'ail n'est pas l'élément le plus insolite introduit dans un vagin. Une étude menée en 2017 avait dressé la liste des objets retrouvés par le personnel médical dans la partie la plus intime de la femme. Et nous sommes pas loin d'un inventaire à la Prévert. On peut citer entre autres un téléphone, de l'argent, des écouteurs, des bougies...

Ces derniers étaient la conséquence de jeux intimes ou solitaires, d'autres avaient un objectif "pratique". Par exemple, une femme à court de tampon avait opté en remplacement pour une éponge de cuisine.

Source : Le compte Twitter de Jennifer Gunter, tweets du 23 avril 2019
Doctors urge women to stop putting garlic in their vaginas Daily Records le 25 avril
PUB

A lire aussi

Irritations intimes : le rôle de la flore vaginale

Sécheresse vaginale : hydratation et lubrification pour une sexualité épanouie

Mycoses à répétition : quelles solutions pour en finir ?

Mycose génitale pendant la grossesse : que faire ?

Poire à lavement : attention à l'équilibre de la flore intime

Sécheresse vaginale : symptômes et solutions

Plus d'articles