Déprime, fatigue, douleur... ces aliments qui nous retapent !

Publié le 21 Mars 2017 à 12h13 par Ingrid Haberfeld, journaliste santé
Traiter une gastro, soulager des douleurs articulaires, booster votre moral … Certains aliments ont le don d’accélérer notre guérison. Coup de projecteur sur ces alliés du quotidien.
© Adobe Stock
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

J’ai le moral dans les chaussettes

Un accès de déprime, ça arrive ! Pour retrouver le sourire, certains aliments sont champions.

Les aliments contre la déprime

En priorité, inscrivez à vos repas des produits riches en omégas 3 comme des poissons gras (saumon, hareng, sardine, maquereau, thon…) ainsi que les huiles végétales de lin et de colza. Ces acides gras essentiels favorisent la fluidité des membranes des neurones, une souplesse indispensable pour la dopamine et la sérotonine, deux neurotransmetteurs clés pour voir la vie en rose.

Autre aliment à privilégier : les œufs. Grâce à leur richesse en phénylalanine, un acide aminé qui permet la production de dopamine et de noradrénaline, ces derniers améliorent également notre humeur.

Pensez également à rajouter une pincée de safran sur vos plats. Cette épice renferme du safranal et de la crocine, deux substances qui stimulent si efficacement la production de sérotonine que ses bienfaits sont comparables au Prozac, les effets secondaires en moins !

Enfin, une tasse de thé vert est aussi un atout pour retrouver sa joie de vivre car cette boisson contient de la L-théanine, un acide aminé qui a la propriété d’atténuer l’anxiété en diminuant le taux de cortisol, l’hormone du stress et d’augmenter l’activité d’un neurotransmetteur, le Gaba (acide gamma-aminoburytique), aux vertus apaisantes.

Je suis fatiguée

Au sortir de l’hiver, rien ne plus normal que d’être sur les rotules car votre organisme s’est défendu durant des mois contre les microbes, les bactéries et les petites infections. Pour le requinquer, soutenez-le en lui apportant un cocktail boostant : vitamine C + fer + magnésium !

Les aliments anti-fatigue

À vous les fruits et légumes frais : les agrumes, le kiwi, le brocoli, le cresson ou encore le poivron sont des mines de vitamine C, un nutriment énergisant. Ses atouts ? Il renforce nos défenses immunitaires, protège nos cellules des dommages causées par les radicaux libres grâce à ses effets antioxydants, et facilite l’absorption du fer. Ce dernier est aussi un nutriment à mettre régulièrement dans votre assiette. Son rôle est essentiel car il transporte l’oxygène dans le sang. Le moindre déficit peut donc entrainer d’importants « coups de pompes » ainsi que des difficultés de concentration et d’apprentissage.

Le champion toutes catégories en fer, c’est le boudin noir, avec 22,8 mg de fer aux 100 g. Mais les coquillages, comme les moules, les palourdes et les bigorneaux, la viande rouge, les légumes secs, le cacao et certaines épices comme la coriandre, le cumin et le curry en sont aussi bien pourvus.

Enfin, le magnésium est aussi un nutriment à ne pas négliger car sa carence est responsable d’une fatigue importante, d’une hypersensibilité au stress, d’irritabilité, d’une baisse de moral et de troubles du sommeil. Des manifestations comme des crampes, la paupière qui tressaute, des palpitations cardiaques ou encore des insomnies sont des signes d’un déficit en ce minéral. Il se cache en particulier dans les céréales complètes, les légumineuses comme les lentilles, les haricots blancs et rouges, les fruits oléagineux comme les noix du Brésil et les amandes ainsi que le chocolat. Avez vous déjà goûté au chocolat cru ? Selon l’Observatoire des Aliments, 100 g de chocolat cru apportent 450 mg de magnésium. Par comparaison, le chocolat noir à 70% de cacao n’en renferme de 206 mg/100 g (Ciqual). Disponible dans les magasins bios et sur Internet, il est à essayer d’urgence !

J’ai une gastro

Avec le retour du printemps, suit généralement une nouvelle vague d’épidémie de gastro-entérite et son lot de nausées, vomissements et diarrhée. Pour apaiser les troubles du transit, on mise sur les aliments qui le ralentissent et ceux qui rétablissent l’équilibre de la flore intestinale.

Votre menu anti-gastro

Dans un premier temps, on glisse dans son assiette des céréales raffinées comme le riz blanc car celui-ci possède des propriétés astringentes qui aident à calmer la diarrhée.

Rajoutez une portion de viande blanche ou de poisson blanc, facile à digérer, et complétez le menu d’une banane. Ce fruit exotique contient des fibres solubles qui gonflent au contact de l’eau, permettant de « mouler » les selles et de réduire la diarrhée liquide.

On n’oublie pas de boire en quantité (eau, tisane, thé, boissons gazeuses…) pour lutter contre la déshydratation. En 3/4 jours de ce régime, la gastro-entérite sera un vieux souvenir ! Seulement, cette maladie met à mal les bonnes bactéries présentes dans notre intestin.

Après cet épisode, il est donc important de les remettre à niveau en consommant des aliments capables d’en stimuler la production. C’est le cas du yaourt : chaque pot renferme un milliard de probiotiques de la famille des Lactobacillus bulgaricus et des Streptococcus thermophilus, des micro-organismes vivants qui viennent enrichir les bonnes bactéries déjà présentes dans notre flore intestinale.

Une astuce : sucrez-le d’une cuillerée à café de miel. Ce produit de la ruche renferme des fructo-oligosaccharides aux vertus prébiotiques, des substances qui fournissent de l’énergie aux bonnes bactéries présentes dans notre intestin pour leur permettre de mieux proliférer.

Je souffre de problèmes articulaires

Des doigts douloureux, un genou comme « rouillé », une hanche raide… Avec le temps, ces trois zones ont tendance à « se gripper » : le cartilage, qui recouvre leur surface osseuse se détériore peu à peu laissant les os en contact direct. Selon la Haute Autorité de Santé, après 45 ans, près d’1 Français sur deux est concerné par une gêne articulaire, dès 60 ans, ce sont 2 Français sur 3. Pour retrouver votre souplesse articulaire, misez sur les oméga 3.

Ces acides gras essentiels n’en finissent plus de nous faire du bien. Selon une étude américaine publiée en juillet 2014 dans Annals of the Rheumatic Diseases, leurs propriétés anti-inflammatoires sont un atout pour diminuer la douleur, réduire la fréquence des crises, améliorer la souplesse articulaire et ralentir la détérioration de l’articulation. On n’hésite donc pas à consommer au moins deux fois par semaine une portion de poissons gras et à rajouter chaque jour l’équivalent d’une à deux cuillerées à souple d’huiles de lin ou de colza. Les noix sont également sources de ce précieux nutriment : pensez à en manger une petite poignée le matin au petit déjeuner ou en guise de goûter.

Merci à Marie-Laure André, diététicienne à Toulon.

Source : "Ces aliments qui nous retapent", Magazine Côté Santé, N° 107, Février/Mars 2017.
Magazine Côté Santé