Algues : gare à l’excès d’iode

Publié par Aline Garcin, journaliste santé le Mardi 07 Août 2018 : 11h15

Consommer des algues exposerait à un risque de surdosage en iode. Les autorités sanitaires françaises les déconseillent aux personnes souffrant de troubles cardiaques rénaux ou thyroïdiens. 

© Istock
PUB

Riches en nutriments et en minéraux, les algues sont abondamment utilisées dans l'industrie cosmétique. Après notre peau, elles s'invitent désormais dans nos assiettes, depuis plusieurs années.

Un nouvel usage qui expose à des effets indésirables : ingérées, les algues marines pourrait entrainer un surdosage en iode. L'alerte est lancée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), le 7 août 2018. 

"La consommation des algues alimentaires est un phénomène émergent en France et en Europe, notamment induit par le développement de la restauration japonaise et de la consommation de certains sushis" constate l'Anses.

Fraîches, séchées ou encore en compléments alimentaires, les algues se consomment également hors des enseignes asiatiques. Peu caloriques, elles sont notamment utilisées dans le cadre de recettes minceur.

Iode : des teneurs élevées

Le fort taux en iode des algues est cependant trop souvent passé sous silence. Parmi les algues distribuées en France, le kombu royal (Laminaria saccharina) présente une teneur moyenne en iode particulièrement élevée : 3407 microgrammes (µg) / g, bien au dessus de la limite journalière recommandée de 600 µg chez les adultes.

Face au risque de surdosage en iode, l'Anses déconseille la consommation d'algues aux publics à risques :

  • les personnes présentant un dysfonctionnement thyroïdien, une maladie cardiaque ou une insuffisance rénale;
  • les personnes suivant un traitement par un médicament contenant de l’iode ou du lithium;
  • les femmes enceintes ou allaitantes, hors avis médical.

L'autorité sanitaire souhaite également que la teneur en iode dans les produits à base d'algues soit indiquée "afin de permettre aux consommateurs de suivre les quantités d’iode ingérées par jour", et ainsi éviter le surdosage.

PUB
PUB

Palpitations cardiaques, troubles de l'humeur...

L'iode est un minéral essentiel au fonctionnement du corps humain. Il assure notamment la bonne santé de la thyroïde, une glande à la base de notre cou. Celle-ci est chargée de la production d'hormones thyroïdiennes, indispensables à la bonne santé de nos cellules et de nos organes.

Une surdose du minéral peut entraîner une hyperthyroïdie. La glande produit alors des hormones en excès et l’organisme fonctionne comme "à plein régime" :

  • accélération du rythme cardiaque, pouls rapide dépassant les 100 pulsations par minute.
  • palpitations cardiaques.
  • transpiration abondante, voire bouffées de chaleur.
  • troubles de l’humeur : nervosité, anxiété, irritabilité, instabilité émotionnelle, dépression…

PUB
PUB
A lire aussi
Les maladies de la thyroïdePublié le 11/03/2002 - 00h00

Environ 6 millions de Français sont touchés par un dysfonctionnement de la thyroïde. Les maladies de la thyroïde sont nombreuses et peuvent conduire à un manque (hypothyroïdie) ou au contraire à un excès d'hormones thyroïdiennes (hyperthyroïdie).Dans certains cas, la thyroïde peutaugmenter de volume et former un goitre.Elle peut également être le siège du développement de nodule qui corresponde le plus souvent à un kyste ou adénome bénin et plus rarement à un cancer de la thyroïde. Un nodule ou un goitre peut se former en dehors de toute anomalie du taux des...

La thyroïde et ses dysfonctionnementsPublié le 11/01/2005 - 00h00

La thyroïde, on en parle de plus en plus. Effectivement, les dysfonctionnements thyroïdiens, hypothyroïdie ou hyperthyroïdie, sont plus nombreux qu'autrefois, mais c'est en raison d'une amélioration du diagnostic. C'est ainsi qu'aujourd'hui, les symptômes sont très bien corrigés.

Plus d'articles