Ail : une gousse santé qui vous veut du bien !

Malgré sa petite taille, l’ail est un « superaliment ». Riche en antioxydants, il permettrait notamment de prévenir certains cancers et de diminuer le risque de maladies cardiovasculaires. De quoi le mettre à toutes les sauces...
© Istock

Une gousse d'ail, milles vertus anticancer

Potages, pâtes, viandes marinées, légumes : l’ail ajoute un agréable supplément de goût à nombre de nos plats. Mais l’ail est aussi reconnu depuis des siècles pour ses vertus santé. Les recherches les plus récentes ne font que confirmer ces bienfaits.

Ainsi, plusieurs études indiquent un effet positif de la consommation d’ail sur la prévention de certains cancers. Les résultats d’une méta-analyse (1) démontrent ainsi une diminution de 30% du risque du cancer colorectal et d’environ 50% du risque de cancer de l’estomac en cas de consommation élevée d’ail, à savoir environ 18 g d’ail par semaine (six gousses d'ail).

L’ail est bon pour le cœur

L’ail aurait aussi de nombreuses vertus sur la santé du cœur.

Ainsi, parmi les aliments présentant un effet cardioprotecteur spécifique, l’American Heart Association (AHA) pointe les noix, le soya, les légumineuses, le thé... et l’ail.

L’ail permettrait en effet de réguler le taux de cholestérol total, de lutter contre le « mauvais » cholestérol et de faire baisser le taux de triglycérides – autres graisses qui augmentent le risque de maladies cardiovasculaires – dans le sang. D’après les études scientifiques, cet effet protecteur s’observerait à partir d’une consommation quotidienne équivalente à 2 g à 5 g d’ail cru (1 gousse d'ail).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Ail, Cancer, Cardiovasculaire
Source : (1) Fleischauer AT, Poole C, Arab L. Garlic consumption and cancer prevention: meta-analyses of colorectal and stomach cancers. Am J Clin Nutr 2000 October;72(4):1047-52.