Du vin rouge pour moins de cholestérol

© Fotolia

Bonne nouvelle pour les amateurs de vin. Le vin rouge aide à prévenir les maladies cardiovasculaires, c’est ce que l’on appelle la prévention primaire. Mais il aide également à améliorer les paramètres cardiovasculaires chez les personnes ayant fait un infarctus du myocarde, c’est de la prévention secondaire ! Reste que le vin est à consommer avec une grande modération !

PUB

Le vin rouge, efficace aussi après un infarctus du myocarde

En prévention primaire, de nombreuses études ont montré que la consommation modérée régulière de vin rouge contribue à améliorer la santé cardiovasculaire. C’est ainsi que le régime méditerranéen, régime anti-maladies cardiovasculaires par excellence, est recommandé à tous, dans sa totalité, y compris l’habitude du verre de vin rouge aux repas.

Si le vin est bon avant la survenue d’un trouble cardiovasculaire, exerce-t-il également des effets bénéfiques chez les personnes déjà atteintes d’une affection cardiovasculaire ?

PUB
PUB

Des chercheurs ont répondu à cette question en suivant un groupe de patients bénéficiant d’une rééducation cardiaque après avoir été victimes d’un infarctus du myocarde.

Moins de cholestérol avec un verre de vin rouge par jour

Tous devaient suivre un régime méditerranéen, comprenant un verre de vin rouge à chaque repas pour la moitié d’entre eux, l’autre moitié étant à l’eau.

Trois semaines plus tard, le taux de LDL-cholestérol (mauvais cholestérol) a diminué de 18% dans le groupe vin rouge, contre seulement 5% dans le groupe eau. La fluidité des membranes des globules rouges était également plus importante, tandis que le taux d’antioxydants circulant dans le sang était plus élevé.

Le vin rouge a ici amélioré les facteurs cardiovasculaires des patients ayant été victimes d’un infarctus du myocarde.

Les propriétés préventives cardiovasculaires sont attribuées aux antioxydants présents en quantité dans le vin rouge, certains d’entre eux étant capables de réduire l’inflammation des vaisseaux sanguins.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 09 Septembre 2011 : 11h47
Mis à jour le Vendredi 23 Septembre 2011 : 11h52
Source : Latruffe N. et al., Molecular Nutrition and Food Research, septembre 2011.