Vagin : ces trucs dangereux ou inutiles qu'on vous vend pour la toilette intime

Prendre soin de son intimité est important. Toutefois, cette course à la “fraîcheur” et la “beauté vaginale” a conduit à la création de nombreux produits inutiles voire dangereux pour le vagin. Tour d’horizon des objets à ne surtout pas utiliser.

Il n’est pas inutile d’établir un monologue avec son vagin en étant attentive à sa santé et son bien-être. Toutefois, attention. Il ne faut pas céder aux sirènes du marketing. Cet organe féminin repose sur un équilibre fragile. La moindre perturbation de cet environnement peut provoquer des mycoses, des infections et autres troubles. C’est pourquoi il faut être particulièrement prudent dans son choix de produits d’hygiène.

Vagin : un organe sensible à protéger des produits dangereux

La nature est bien faite. Le vagin- dont la moindre perturbation peut provoquer des infections - bénéficie de plusieurs protections. En effet, la vulve, mais également les poils pubiens le préservent des agressions bactériennes, physiques, chimiques. 

Par ailleurs, l'organe peut aussi compter sur son microbiote. Constitué en majorité de bactéries appartenant au genre Lactobacillus, il produit l'acidité nécessaire pour maintenir le Ph idéal, entre 3,5 et 4,5. Cette flore se fixe sur les muqueuses vaginales et constitue ainsi une barrière contre les agressions d’autres bactéries.

De plus pas d’inquiétude si vous avez des pertes vaginales quotidiennes incolores et inodores. Elles ne sont pas le signe d’un trouble, mais de la bonne santé du vagin. Le docteur Odile Bagot, médecin gynécologue avait expliqué dans un précédent article : "quelques jours après la fin des règles, la glaire ovulatoire commence à être sécrétée. Ce type de glaire est transparent comme du blanc d’œuf et visqueux. Cela dure jusqu'à l'ovulation. Puis du jour au lendemain apparaît la glaire post-ovulation. Au lieu d'être transparente, elle va devenir opaque et glissante". Elles permettent à cet organe d’être “autonettoyant”. 

Il n’est donc pas nécessaire d’avoir recours aux objets ou crèmes - présentés dans notre diaporama - pour prendre soin de son intimité. D’ailleurs ces produits font plus de mal que de bien puisqu’ils perturbent le fonctionnement du microbiote. Ce qui ouvre la porte aux infections.

Hygiène intime : les bons gestes à avoir 

La première chose à savoir est qu’on ne lave pas son vagin. Si les douches vaginales ont été prônées par de nombreuses femmes au cours des siècles cette pratique se révèle dangereuse. Outre les risques de brûlures, l’eau introduite, voire le savon, modifie le pH et provoque un déséquilibre.

La toilette intime doit ainsi se limiter à la partie externe de l’appareil génital. Il est recommandé de la faire une fois par jour avec une solution lavante sans savon au Ph neutre. Il faut également veiller à bien sécher cette zone, en allant de l’avant vers l’arrière. Autre astuce : utilisez une serviette en coton. 

Petit rappel pour une bonne hygiène : il faut changer de sous-vêtement tous les jours et préférer les habits en fibres naturelles (coton, chanvre…). Évitez également les tenues trop les pantalons trop moulants, les maillots de bain mouillés ou encore les collants étanches qui créent un milieu propice à la prolifération des bactéries.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :
La rédaction vous recommande sur Amazon :