Brûlée au second degrés après avoir essayé le sauna vaginal

Publié le 08 Août 2019 à 17h49 par Sophie Raffin, journaliste santé
Une femme de 62 ans a été brûlée au second degré alors qu'elle réalisait un sauna vaginal. Les médecins mettent en garde contre les dangers de ce remède naturel dont les vertus sont vantées par Gwyneth Paltrow.
© Istock

Les professionnels de la santé mettent en garde contre la dangerosité des saunas vaginaux, un soin millénaire qui connaît un succès grandissant depuis que Gwyneth Paltrow a reconnu en faire en 2015.

Mais ce n’est pas sans risque. Une femme de 62 ans s'est brûlée au second degré en effectuant ce bain de vapeur pour les parties intimes. Toutefois, la sexagénaire blessée ne suivait pas les recommandations de la célèbre actrice, mais celles d'un praticien en médecine traditionnelle chinoise.

Souffrant d'un prolapsus génital, elle cherchait une solution pour atténuer les douleurs et la gêne en attendant une opération programmée dans plusieurs semaines. Le spécialiste des médecines douces lui a conseillé de s'asseoir pendant 20 minutes au-dessus d'un seau d'eau bouillante où infusent des herbes médicinales. Les partisans de cette méthode ancestrale assurent qu'elle permet de raffermir et rafraîchir le vagin. Après deux tentatives réalisées à une journée d'intervalle, la patiente n'a pas obtenu l'intimité fortifiée promise... mais une visite à l’hôpital et des brûlures au second degré au niveau du col de l'utérus et des parois du vagin.

Sauna vaginal : une technique controversée

Ce cas a été rapporté par les médecins de l'université de Calgary (Canada) dans la revue The Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada de juin 2019. Le Dr Magali Robert, auteure principale de l'étude, reconnait qu'il s'agit du premier cas de brûlures vaginales rapporté dans la littérature scientifique alors que le sauna vaginal est utilisé par les femmes de certains pays africains et asiatiques depuis des siècles.

Toutefois, les professionnels de la santé déconseillent fortement aux femmes souffrant de prolapsus génital d'avoir recours à cette méthode. Leurs organes, qui ne sont plus retenus correctement par le plancher pelvien, peuvent en effet être endommagés par la vapeur.

Et même sans souffrir de prolapsus, les gynécologues critiquent le sauna vaginal. Pour eux, la vapeur peut déséquilibrer la flore vaginale ou introduire des bactéries dans cet environnement très sensible. Le Dr Naomi Sutton spécialiste de la santé sexuelle du Rotherham NHS Foundation Trust, a expliqué au Daily Mail : "Le vagin est un tube autonettoyant qui ne devrait jamais être lavé ou soumis à la vapeur. La vulve ne doit être lavée à l'eau tiède et au savon que si c'est toléré". Pour elle, les spas ou encore les sites bien-être à l'exemple de Goop porté par Gwyneth Paltrow "jouent avec les insécurités des femmes concernant leur corps et les intimident pour qu'elles perdent du temps et de l'argent avec leurs produits et traitements inutiles".

Sauna vaginal : le rôle conseil des docteurs

Dans son article, le Dr Magali Robert rappelle aux professionnels de la santé qu’ils doivent connaître "les traitements de rechange à proposer aux femmes" qui souffrent de troubles gynécologiques comme le prolapsus "afin de pouvoir, par leurs conseils, réduire les risques potentiels".

La sexagénaire a, pour sa part, finalement quitté l’hôpital avec des antibiotiques. Elle a aussi reçu la consigne de panser ses blessures avec des compresses de gaze stériles et de les changer deux fois par jour. Par ailleurs, la chirurgie pour son prolapsus génital a dû être repoussé jusqu’à sa guérison.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.