Et si vous osiez le doggy bag ?

Soumis par Paule Neyrat le
Le doggy bag, c’est une invention anglo-saxonne qui permet de rapporter chez soi ce que l’on a payé et pas mangé au restaurant. 
PUB
© Istock

Combien de fois ne termine-t-on pas une assiette trop copieuse ? Et quand on vient la débarrasser, on se dit : « Quel dommage, je la terminerai bien demain » mais on n’ose pas.

Une enquête faite par You Gov pour le journal 20Minutes, à l’occasion de la journée contre le gaspillage alimentaire, montre que si 90 % des Français trouvent que le doggy bag est une bonne idée pour lutter contre celui-ci, ils ne sont que 5,3 % à emporter régulièrement leurs restes. 56 % n’ont jamais utilisé de doggy bag.

PUB

Ca n’est pas dans la culture française : même si on a envie de demander au restaurateur, on n’ose pas, le plus souvent par crainte de passer pour un(e) radin(e).

PUB

Et en même temps, peu de restaurateurs français sont équipés en sacs ou en boîtes faisant office de doggy bag, même si souvent une feuille d’alu suffit. De plus certains craignent que leurs clients ne s’intoxiquent ensuite avec des restes mal conservés.

Mais les choses vont peut-être changer.

Dans la région Rhône-Alpes, et avec l’appui du gouvernement, un « Gourmet bag » (terme plus sexy !) a été lancé tout récemment. Si vous habitez dans cette région, vous trouverez là toutes les infos.

Il est encore trop tôt pour juger de son succès que l’on ne peut qu’espérer car c’est aussi un moyen de lutter contre le gaspillage alimentaire. 14 % de celui-ci viendraient des restes en restauration.

Paule

Soumis par Paule Neyrat le
PUB

A lire aussi

Doggy bag : il se met en place dans certains restaurants

Doggy bag dans les restaurants

Contre le gaspillage alimentaire : interdiction de détruire les invendus

Huile, beurre, crème, margarine… : comment les choisir et les cuisiner ?

Se respecter soi-même, c'est important

Anti-gaspillage : 7 conseils pour faire ses courses sans gaspiller

Plus d'articles