Régime : comment défier les arnaques ?
Sommaire

Diurétiques, coupe-faim et extraits thyroïdiens : des dangers publics !

Il existe également les procédés médicamenteux que sont les extraits thyroïdiens, les diurétiques et les coupe-faim, également dits anorexigènes. Ce ne sont pas ici des erreurs mais de véritables dangers publics ! Les coupe-faim : des effets secondaires trop dangereux Les coupe-faim ont tous été retirés du marché les uns après les autres depuis les années 2000, au fur et à mesure de la mise en évidence de leurs effets secondaires dangereux (notamment l'hypertension artérielle pulmonaire qui tue régulièrement). Pourtant, dans le cadre du régime hypocalorique accompagné par un médecin nutritionniste, les coupe-faim pouvaient rendre service. En effet, une des problématiques de ce type de régime est qu'il faut attendre plusieurs mois avant d'arriver à la cible et que durant cette période, on a très faim. Dans ces conditions précises et médicalement encadrées, les anorexigènes pouvaient donc apporter une aide précieuse. Mais leurs effets secondaires et les risques d'accidents les ont condamnés pour l'instant. Les extraits thyroïdiens troublent le rythme cardiaque Les extraits thyroïdiens ne sont destinés qu'aux femmes présentant une insuffisance thyroïdienne. Ce trouble hormonal est à l'origine de nombreux symptômes : prise de poids, frilosité, perte de cheveux, peau sèche, etc. Le fait de compenser leur manque d'hormones thyroïdiennes leur permet de retrouver une vie normale. En revanche, si l'on donne des extraits thyroïdiens à une personne dont la thyroïde fonctionne normalement, on provoque une overdose d'hormones thyroïdiennes. Evidemment, cet excès fait maigrir. Mais le problème est que l'on brûle tout, la masse graisseuse et la masse musculaire. De plus, l'excès d'hormones thyroïdiennes provoque des troubles du rythme cardiaque, parfois fatals.Les extraits thyroïdiens doivent donc être strictement réservés aux personnes souffrant d'une insuffisance thyroïdienne. Le problème est que des femmes qui ont une thyroïde normale ont malheureusement encore accès à ces produits...Les diurétiques font perdre de l'eau, pas de la graisse Beaucoup de femmes aiment bien les diurétiques, surtout en fin de cycle. Ces médicaments forcent les reins à fabriquer davantage d'urines et donc à éliminer plus d'eau. Le problème est double : 1) les diurétiques perturbent le fonctionnement rénal; 2) la balance affiche bien des kilos en moins, mais ce sont des kilos d'eau, pas de graisses ! La perte de poids est alors une illusion qui de plus, est transitoire. Dès l'arrêt du diurétique, le rein rétablit la situation et on reprend de l'eau. Mais à la longue, le système rénal peut se dérégler complètement, obligeant désormais la prise systématique de diurétiques pour rétablir un système de régulation de l'eau corporel. C'est la " maladie des diurétiques ".

Régime : les arnaques saisonnières des préparations miracles

Tous les ans, à certaines périodes, on voit fleurir des offres toutes aussi farfelues les unes que les autres et qui de plus, sont parfois dangereuses. On ne connaît pas la composition exacte de ces préparations miracles. Souhaitons qu'il s'agisse le plus souvent d'un placebo, et moins souvent de substances aux effets négatifs, comme cela s'est produit il y a quelques années avec l'affaire "des herbes chinoises", à l'origine d'insuffisances rénales majeures et de décès. Le fait est que l'idéal minceur exerce une telle pression que les femmes finissent par craquer et sont alors prêtes à tout tenter. Dans l'exemple ci-dessus, avec la croyance populaire affirmant que la phytothérapie ne fait pas de mal, ces herbes étaient bien tentantes... Alors non, il n'existe pas de plantes miracles qui font maigrir. On ne maigrit pas non plus en accélérant le transit intestinal, en augmentant la perte en eau, en prenant des médicaments ou en consommant moins de sel !Maigrir consiste à perdre de la graisse en trop, à conserver sa masse musculaire et à ne pas perdre d'eau.A partir de là, tout est mathématique et se déroule en deux temps. Si l'on veut perdre 5 kg de graisse, il faut dépenser d'une manière ou d'une autre 5 X 9.000 = 45.000 calories stockées. Et dès l'objectif atteint, il faut manger mieux. * Le Dr David Elia est gynécologue, rédacteur en chef du magazine GENESIS, david100.podemus.com est membre du comité scientifique d'e-santé.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :