Ramadan : comment préserver son équilibre alimentaire et son énergie ?
Sommaire

Avant d’entrer dans le jeûne

On n’a pas faim en se réveillant avant le lever du soleil pour la prière. Parce que la nuit a été courte et que les éléments nutritionnels du dîner tardif ne sont pas encore tous digérés. Il faudrait alors, et dans l’idéal, faire un repas riche en glucides complexes et en lipides, contenant aussi un peu de protéines, afin de mieux supporter le long jeûne de la journée.

Pas d'appétit ?

Mais si l’appétit n’est vraiment pas là, si l’on se force à manger « solide », on risque de le payer plus tard avec des malaises digestifs, nausées et même vomissements. Boire du lait est la bonne solution. Non seulement, il apporte de l’eau (87,7 g pour 100 g) mais aussi un peu de protéines (3,2 g), de glucides (4,7 g) et de lipides (3,7 g s’il est entier).

Eviter le sucre

Il ne faut pas le sucrer avec du sucre pur afin de ne pas risquer une hypoglycémie réactionnelle dans la matinée. Mais on peut le transformer en smoothie en le mixant avec des fraises, riches en vitamine C et en eau.

Rupture du jeûne : préserver son appétit

Après s’être désaltéré, on peut être tenté par des dattes qui font vite remonter la glycémie. Mais point trop n’en faut car elles risquent de couper l’appétit alors que l’on a besoin de beaucoup manger.

Soupes

Nombreuses sont les recettes de soupes, shorba ou harari, traditionnelles selon les régions et les familles, toujours composées de viandes, de céréales, de légumes et qui sont un véritable plat complet et équilibré. Mais là aussi, point trop n’en faut car, si l’on se rassasie avec cette soupe, on n’aura plus faim pour le repas suivant.

Il est pourtant indispensable à l’équilibre alimentaire car il apporte encore des protéines - grâce à la viande ou au poisson et aux fromages -, des vitamines, des sels minéraux et des fibres grâce aux légumes et aux fruits. Et, avec les traditionnels petits gâteaux bien sucrés, des glucides qui seront absorbés lentement car pris en fin de repas.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.