Pour arrêter de ruminer, dormez 8 heures par nuit

© Istock

On savait déjà que dormir 8 heures par nuit était bon pour le corps et l'esprit mais comme le révèle une étude, il semble que cela soit  également bénéfique pour arrêter de ruminer.

Publicité

Le sommeil est réparateur et pas seulement pour le corps. Il l'est également pour l'esprit, comme le révèle une récente étude sur le sommeil.Des chercheurs de l'Université de Binghamton aux Etats-Unis ont mené une étude sur le rapport entre le sommeil et les pensées négatives répétitives (trouble de l'anxiété ou dépression), qui est publiée dans leJournal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry.

Publicité
Publicité

Les pensées négatives liées aux troubles du sommeil ?

On associe généralement ces pensées négatives répétitives à une perturbation du sommeil et des rythmes circadiens (période de 24 heures pendant lesquelles un certain nombre de mécanismes biologiques et physiologiques se répètent). En effet, le manque de sommeil apporte un "second coup" à l'anxiété. Les chercheurs ont voulu savoir si il y avait un lien entre les perturbations du sommeil et du rythme circadien avec un contrôle de l'attention face à des stimulis négatifs chez des personnes souffrant de pensées négatives répétitives.

Pour ce faire, 52 adultes souffrant de niveaux élevés de pensées négatives répétitives et ayant un rythme de sommeil différents ont accepté de se porter volontaire pour cette étude. Ils ont participé à une expérience qui consistait à fixer leur attention, durant le temps voulu, des images émotionnellement évocatrices et des images neutres. Durant ce temps, les scientifiques collectaient des données. A la suite de cela, les participants ont fait une auto-évaluation de leur état, suivie d'entretiens avec les chercheurs.

Dormir plus pour ruminer moins

Les résultats suggèrent qu'une durée de sommeil plus courte est associée à un temps plus long à fixer les images émotionnellement négatives, par rapport aux images neutres. Mais surtout, ils ont une plus grande difficulté à détourner leur attention des images négatives. Mais il n'y a pas que ça, puisque les chercheurs ont aussi trouvé que les participants dormant moins de 8 heures par nuit avaient plus de mal à s'endormir. Ce seraitlié à la difficulté de se détacher des images négatives.

Par contre, la relation entre le sommeil et l'attention face à des images positives n'a pas révélé des résultats significatifs.

Le lien entre le sommeil et le contrôle de l'attention ne peut être défini uniquement par ces résultats, puisque les chercheurs n'ont pas utilisé un groupe de sujets sains pour comparer les résultats. Mais les conclusions de l'étude suggèrent qu'un sommeil perturbé peut être associé à des troubles de pensées négatives.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés