Insomnie, anxiété...Quelles alternatives aux tranquillisants ?

Publié le 02 Novembre 2009 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
Insomnie et anxiété sont des troubles qui amènent classiquement à la prise de tranquillisants, souvent renouvelés pendant des mois, voire des années, en raison d'une dépendance. Il existe pourtant des alternatives à ces médicaments que sont les tranquillisants.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Plus de 11,5 millions de consommateurs de tranquillisants

En 2012, 11,5 millions de Français ont consommé un ou plusieurs médicaments aux propriétés anxiolytiques et hypnotiques pour venir à bout de leurs insomnies ou de leur anxiété. Nombre d'entre elles les prennent sur le long terme et finissent par avoir des difficultés à arrêter de tels médicaments, une dépendance étant installée. Sans parler des éventuels effets secondaires indésirables des tranquillisants. Certes, ce n'est pas le cas de tout le monde et certaines personnes s'en sortent très bien en consommant des tranquillisants ponctuellement sur une courte période, comme le recommande expressément l'Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm).

Mais pour ne prendre aucun risque, sachez qu'il existe des alternatives aux tranquillisants en cas d'insomnie ou d'anxiété. Quelles sont-elles ?

Préambule : avant tout traitement, rechercher la cause de l'anxiété ou des insomnies

Avant de suivre tout traitement, médicamenteux ou non médicamenteux, il faut explorer les causes de l'anxiété ou de l'insomnie. C'est une question de bon sens : trouver une cause qui peut être éliminée permet de résoudre le problème. De nombreux médicaments par exemple peuvent générer de l'anxiété ou des insomnies (anti-inflammatoires, corticoïdes, antidépresseurs, médicaments du sevrage tabagique, antiulcéreux, antiparkinsoniens...), mais aussi la caféine, l'alcool, le cannabis ou encore certaines maladies (hyperthyroïdie, hypoglycémie, troubles cardiaques, respiratoires, affection cérébrale...).

Les alternatives aux tranquillisants en cas d'insomnie

L'hygiène du sommeil est la première piste à explorer avant tout recours aux tranquillisants.

Le respect de règles simples procure de réels bienfaits :

Ne pas faire d'exercice physique ou intellectuel stimulant avant le coucher.

Éviter les dîners trop copieux et trop gras.

Éviter la consommation d'alcool le soir.

S'aménager un rituel du coucher : se coucher à heure fixe, boire une tisane après une lecture plaisante au salon, etc.

Aménager sa chambre : obscurité, calme...

Réserver son lit au sommeil (pas de lecture, ni télé ou ordinateur dans son lit).

La pratique d'une activité physique régulière est tout aussi essentielle. Attention toutefois de bien l'exercer : un footing intense à 20 heures va inversement empêcher de dormir. L'activité physique doit être réalisée à bonne distance du coucher, et ce d'autant plus qu'elle est intense. Les sports de fond comme la natation ou la bicyclette, plusieurs fois par semaine, sont des activités idéales. Mais le jardinage par exemple, représente aussi une activité intéressante. À chacun ses possibilités et ses goûts.

Les alternatives aux tranquillisants en cas d'anxiété

Les alternatives aux tranquillisants en cas d'anxiété sont également valables contre l'insomnie. C'est le cas des psychothérapies cognitives et comportementales qui sont très efficaces. Elles permettent d'interrompre le cercle vicieux des pensées négatives à l'origine de l'anxiété. La pratique de la relaxation apporte également une aide considérable (chez soi ou en présence d'un thérapeute expérimenté). Certaines méthodes sont centrées sur le mental, d'autres sur les sensations physiques, à chacun de trouver celle qui lui convient.

Enfin, certaines plantes sont à tester et particulièrement la valériane.

Source : Guide pratique pour mieux dormir, Mieux vivre, Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).