Le manque de sommeil mène à l’obésité et inversement

À l’approche de la Journée du sommeil du 27 mars, l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) publie les résultats d’une grande enquête. Elle montre que non seulement le manque de sommeil augmente le risque de surpoids, mais qu’il y a aussi plus d’obèses parmi les personnes qui présentent des troubles du sommeil.

PUB

Le manque de sommeil et le poids sont associés

Cette enquête a porté sur près de 50.000 participants à l’enquête NutriNet-Santé visant à évaluer les liens entre l’obésité et le sommeil.

Elle montre notamment que le manque de sommeil (défini par moins de 6 heures par nuit) augmente le risque d’obésité de 50% chez l’homme et de 34% chez la femme. Or dans cette enquête, plus de 40% des 35-55 ans étaient en dette de sommeil.

Inversement, le risque d’insomnies est plus élevé de 130% chez les hommes atteints d’obésité et de 70% pour les femmes. Le risque de syndrome d’apnées du sommeil est aussi multiplié par 11 chez les hommes obèses et par 16 pour les femmes en excès pondéral.

PUB
PUB

Cette étude confirme que mal dormir entraîne de sévères répercussions sur la santé et qu’il existe un lien entre le sommeil et l’alimentation. Côté explications, les hypothèses sont nombreuses et restent à confirmer : le manque de sommeil amène à manger davantage, à plus de grignotage, à faire moins d’activité physique, à un déséquilibre hormonal, etc.

En pratique, comment bien dormir ?

En pratique, pour bien dormir, il faut revoir le contenu de son assiette. Voici les recommandations de l’INSV :

Au déjeuner, pour optimiser sa vigilance

  • Privilégier les aliments riches en protéines (viande, poissons, œuf).
  • Consommer de petites portions de sucres lents (pâtes, semoule, pain complet).
  • Éviter les sucres rapides (sodas, sucreries, glaces, confitures).
  • Éviter les repas copieux.
  • Rester hydraté tout au long de la journée.

Au dîner, pour favoriser le sommeil

  • Privilégier les féculents en particulier le riz et les pommes de terre.
  • Réduire les protéines (1 œuf dur, 1 tranche de jambon, quelques crevettes).
  • Conserver l’équilibre alimentaire avec des légumes, un laitage et un fruit.
  • Éviter les aliments gras difficiles à digérer.
  • Éviter les boissons riches en caféine après 14h (thé, café, boisson énergisante).
  • Éviter l’alcool qui rend le sommeil instable.
  • Dîner 2-3 heures avant le coucher.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 26 Mars 2015 : 10h15
Mis à jour le Jeudi 26 Mars 2015 : 14h32
Source : Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV), mars 2015, http://www.institut-sommeil-vigilance.org/la-journee-du-sommeil.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés