Les oméga-3 toujours bons pour la santé !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 17 Septembre 2012 : 11h09
Mis à jour le Lundi 24 Septembre 2012 : 14h36
© Fotolia

Beaucoup de journaux ont titré cette semaine sur l’inutilité de prendre des oméga-3 selon une nouvelle étude grecque. Ils seraient tout simplement inefficaces. Je vous propose de lire en détail les conclusions de cette étude avant de stopper vos oméga-3, si vous en prenez. 

Ce qui est sûr, c’est que vous ne courez aucun risque en prenant des oméga 3 ou des aliments riches ou enrichis en oméga 3.

PUB

En écoutant les radios et en lisant la presse cette semaine, j’ai eu parfois l’impression que je mettais ma vie en danger en prenant ma capsule d’oméga-3 tous les matins (1 g par jour). Les journalistes faisaient référence à une toute nouvelle étude grecque, publiée dans le prestigieux journal américain JAMA, démontrant l’inutilité pour le cœur des suplémentations en oméga-3.

Peut-on prendre des oméga-3 ou pas ?

Alors, peut-on prendre des oméga-3 pour sa santé ?

Pour répondre à cette question, je vous propose de lire en détail les résultats de cette étude. Qu’elle est sa conclusion ? Que la prise quotidienne d’oméga-3 n’a pas de bénéfice démontré en prévention des maladies cardiaques.

Pour arriver à ce constat, les auteurs ont groupé les données de 20 études (sur 3635 disponibles…), réunissant près de 70.000 patients (68.680 exactement) et ils ont analysé leurs résultats comme s’il s’agissait d’une seule et même étude. Ces 20 études étaient sélectionnées pour leurs méthodologies voisines et parce que leurs participants appartenaient soit à un groupe placebo, soit à un groupe qui prenait plus d’un gramme d’oméga-3 par jour, depuis plus de 2 ans. Dans 2 de ces études, la prise d’oméga-3 était remplacée par le suivi d’un régime spécifique, riche en oméga-3.

PUB
PUB

Un effet globalement positif, mais mineur

Il en ressort que les oméga-3 font diminuer de 4 % la mortalité globale (toute cause confondue) de ceux qui en prennent et qu’ils ont un effet protecteur cardiaque.

Ainsi dans le groupe prenant des oméga-3 on observe :

  • une diminution des morts cardiaques de 9 %
  • une baisse des morts subites de 13 %
  • une réduction des infarctus de 11 %

On observe donc d’un petit effet protecteur des oméga-3, connu depuis longtemps, mais dans cette analyse, cet effet n’est pas significatif. Cela veut dire que l’on observe un effet positif, mais que celui-ci n’est pas statistiquement démontré. Cela veut aussi dire que ceux qui prennent régulièrement des oméga-3 par exemple, car ils mangent peu de poisson, n’ont pas de soucis à se faire.

Dans cette étude, le seul point négatif des oméga-3 est une augmentation de 5 % du risque de faire un accident vasculaire cérébral hémorragique, risque qui était par ailleurs lui aussi bien connu, les oméga-3 ayant tendance à faire saigner. Il convient donc de ne pas prendre d’oméga-3 quand on présente ce type de risque, notamment si l’on boit tous les jours beaucoup d’alcool. Mais là aussi, cette augmentation n’est pas significative, et donc non démontrée.

Rappelons que la découvertedes effets positifs des oméga-3 résultait d’études observationnelles dans lesquelles ceux qui consommaient beaucoup plus de poisson que les autres (comme les esquimaux) ou qui avaient des taux sanguins élevés en oméga-3, étaient moins exposés aux risques cardiovasculaires. Cela reste vrai : l’étude grecque compare des groupes avec ou sans traitement, mais pas d’analyses des taux effectifs d’oméga-3 dans l’organisme.

Pour ma part j’en conclue donc qu’il vaut mieux avoir un taux élevé d’oméga-3 dans l’organisme, d’autant plus que ceux-ci sont vraiment indispensables au bon fonctionnement du cerveau. De ce fait il est utile d'avoir un régime alimentaire riche en oméga-3.

Si nécessaire, et pour compenser un régime déséquilibré, la prise complémentaire d’oméga-3 en capsule est par ailleurs sans danger, même si son efficacité est mineure et non démontrée.

Bien entendu, si votre médecin vous prescrit des oméga-3 pour des raisons médicales (post-infarctus, trouble du rythme cardiaque, hypertriglycéridémie), vous avez tout intérêt à bien suivre votre traitement.

Source : Evangelos C. Rizos. Association between Omega-3 Fatty Acid Supplementation and Risk of Major Cardiovascular Disease Events. JAMA, September 12. 2012-308, N°10.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 17 Septembre 2012 : 11h09
Mis à jour le Lundi 24 Septembre 2012 : 14h36
PUB
PUB

Contenus sponsorisés